Biorope : du cordage compostable comme alternative aux amarres synthétiques ?

Bobine de cordage compostable Biorope développé par Intermas

Le groupe Intermas développe un cordage biodégradable et compostable. Christian Guyomar nous en dit plus sur les caractéristiques de ces amarrages qui pourraient trouver des applications nautiques et portuaires.

Des cordages nés pour l'aquaculture

La société espagnole Intermas est l'un des leaders mondiaux de la fabrication de maille extrudée. L'entreprise basée à Barcelone travaille notamment dans le domaine de l'aquaculture pour les poches à huître et ou les grillages de casiers. Elle a développé un cordage compostable et biodégradable. "Le travail sur le Biorope a débuté par la mytiliculture. Les filets de catinage qui servent à protéger les moules de bouchot sont aujourd'hui en plastique conventionnel. En fin d'utilisation, ils sont trop sales pour être nettoyés et sont jetés. Non recyclable et à usage unique, ils seront interdits d'ici 3 ans. On a donc travaillé sur une matière biodégradable et compostable" explique Christian Guyomar, responsable de ce marché sur la façade atlantique européenne, basé en Bretagne.

Filet de catinage biodégradable pour les moules de bouchot
Filet de catinage biodégradable pour les moules de bouchot

Après le dépôt de brevets sur le matériau et sa mise en œuvre, Intermas s'est rapproché de fabricants de cordage pour envisager dans un 1er temps d'autres applications dans le secteur à travers tous les éléments dormants dans la pêche et l'aquaculture.

Compostabilité à terre et durabilité en mer

Le Biorope commence à se décomposer à partir de 58 degrés dans un composteur à terre. Il est certifié OK-COMPOST. 3 mois suffisent pour le dégrader entièrement. "Il est plus compostable que des épines de pins" illustre Christian Guyomar.

En revanche, il conserve ses propriétés mécaniques en mer. Les tests sur les filets de catinage montrent la durabilité du matériau en milieu marin, immergé et émergé. "Un bout en chanvre (NDLR : autre alternative durable au plastique) dure 3 à 4 mois quand le filet de catinage tiendra plus d'un an et encore plus pour le bout Biorope" indique Christian Guyomar.

Cordage biorope développé par Intermas
Cordage biorope développé par Intermas

Des applications à tester dans le nautisme et le portuaire

Après l'avoir introduit dans les marchés qu'elle maîtrise, la société Intermas souhaite explorer de nouvelles applications, en partenariat avec les professionnels des différents secteurs. "La R&D a été faite et le bout existe. Il faut maintenant le faire évoluer en fonction des besoins. On peut envisager des mélanges de matières par exemple" résume Christian Guyomar. Avec une flottabilité négative et une élasticité élevée, le bout biorope pourrait trouver des applications dans le nautisme, notamment comme aussière. L'amarrage de bouées ou de pontons pour les gestionnaires de ports est également envisageable. "Si l'on arrive à remplacer 15 à 20% des bouts synthétiques existants, ce sera déjà extraordinaire" conclut Christian Guyomar.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...