Interview / La parole aux opérateurs de Kerboat Services

Sébastien David, fondateur de Kerboat Services © Karine Filhoulaud

Ils sont laveurs de bateau. Chaque jour, ils astiquent, frottent, épongent, rincent... pour que les bateau soient reluisants. Emplyés de Kerboat Services ils interviennent aussi bien pour le compte des professionnels notamment au moment des mises à l'eau et des salons nautiques, mais aussi pour les particuliers. Qui sont-ils ?

Sébastien David

Avant de fonder Kerboat Services, a travaillé dans la gestion de projets informatiques. C’est à 25 ans qu’il découvre la voile. Alors qu’il se retrouve sans emploi, il lance une entreprise de robots nettoyeurs de coques de bateaux. Mais l’affaire est compliquée et finalement Sébastien décide de changer d’optique… sans abandonner son idée de lavage !

Il pense alors plus à du nettoyage de pont et d’intérieur : une étude de marché prometteuse le pousse à proposer cette prestation de lavage-là. Il crée son entreprise dans ce but. "La bonne surprise a été que j’ai rencontré ma clientèle plus rapidement que je ne l’espérais ! Il y avait une vraie demande…", reconnaît, satisfait, Sébastien. Pour preuve, il reçoit, au moment où il précise cela, un appel téléphonique d’un responsable de chantier naval, démarché auparavant, qui lui commande finalement des lavages, pour soulager ses propres salariés de cette tâche.

Kerboat Services

Anne-Françoise

Elle a toujours voulu travailler dans le monde nautique. Et a décroché un emploi dans un chantier naval… avant de découvrir qu’elle était allergique à un élément entrant dans la composition des bateaux. Elle a dû donc quitter son entreprise et a postulé chez Kerboat Service… avec succès ! 

Quelles difficultés rencontrez-vous dans votre métier ?

Le plus dur à laver pour moi, ce sont les textiles comme le plafond en alcantara : quand une tâche ne part pas, il n’y a pas d’alternative en termes de produits. Quand un bateau est empli de choses, ça n’est pas simple non plus : il faut les déplacer pour laver et dans un espace exigu, comme l’intérieur d’un bateau l’est la plupart du temps…bref ! Et puis, il y a aussi les nettoyages dans les bateaux sorties de chantier. Normalement, cela va assez vite à traiter… sauf quand ils ne sont pas tout à fait terminés ! Dans ce cas-là, les ouvriers passent et repassent, en laissant des traces et des saletés ; et nous, on nettoie et on renettoie après leur passage… Bref on a l’impression que c’est sans fin.

Quelles satisfactions en retirez-vous ?

Ce que j’aime surtout, c’est, à la fin du lavage, pouvoir constater le résultat de mes efforts : avant/après… quand ils sont bien différents, ça me plaît ! Ce qui est sympa aussi, c’est quand des plaisanciers passent sur le ponton, à côté de nous, et qu’ils disent "wouaou, ça brille !". Et puis, quand on fait aussi un point avec le client à la fin de la prestation et qu’il est content !

Kerboat Services

Victor

Il était marin, mais avait le sentiment d’avoir fait le tour de son métier. Quand il a vu l’offre d’emploi de Kerboat Services, il a postulé. Et il travaille depuis pour l’entreprise.

A quoi faut-il s’attendre dans ce métier ?

Il faut savoir que quelques soient les conditions climatiques, on peut être amené à travailler. Donc, pour rester efficace, il faut savoir se protéger, grâce à une combinaison par exemple, du froid, du vent, des intempéries... Bien sûr, on préfère, en hiver, être en charge de l’intérieur des bateaux ! A propos du lavage lui-même, cela peut-être très varié : les recoins sales auxquels il est difficile d’accéder, ça n’est pas évident. Au contraire, les surfaces planes de bois se lavent très bien, même s’il faut faire attention à ne pas les rayer.

Kerboat Services

Arnaud

Cela fait cinq mois qu’il travaille pour Kerboat Services. Avant, il évoluait déjà, professionnellement, dans le milieu nautique : il travaillait dans l’environnement pour le compte du port de pêche de Lorient Il est donc sensible à l’esprit écologique de Kerboat Services.

Que préférez-vous dans votre métier ?

En fait, comme je suis passionné de bateaux, peu m’importe l’extérieur ou l’intérieur et la météo. Du moment qu’on est bien équipé. Comme je suis grand, je serais tenté de dire que l’intérieur d’un bateau, quand il est très petit, ne me ravit pas : je suis obligé de me glisser dans les coffres, les fonds de cale… et le soir de faire des étirements et du gainage.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Kerboat Services

Le lavage de bateaux… par des mains expertes