SEAir, la start-up qui anticipe le foil pour tous.

Moth SEAir

Entreprise laboratoire, SEAir travaille sur la démocratisation du foil et des bateaux volants. Au programme, des projets de Moth et de Mini volant pour préparer le futur, des prestations pour les entreprises et les teams...

Entreprise Volante Non Identifiée

SEAir a été fondé à Lorient par Bertrand Castelnérac et Richard Forest pour préparer le nautisme à l'arrivée massive des foils. Le premier apporte son expertise des bateaux volants acquise sur le circuit des catamarans GC 32, le second son savoir-faire dans la création et la gestion d'entreprises innovantes. Start-up originale, SEAir se considère à mi-chemin entre le bureau d'étude et l'équipementier spécialisé dans les foils. Elle a pour but de développer la connaissance théorique de la mécanique de vol des bateaux et d'optimiser ainsi les appendices et leurs systèmes de contrôle, afin d'être prêt pour la démocratisation des bateaux volants, à voile comme au moteur, dans un horizon qu'elle estime de 3 à 5 ans.

Moth du collectif SEAir

Le Moth, laboratoire mécanique

Pour travailler sur les formes et la production des foils, SEAir a lancé un projet sur le Moth, bateau volant aujourd'hui le plus répandu, dont la taille permet de multiplier les essais. Un collectif a été monté avec plusieurs coureurs et l'ENVSN qui teste en course les différentes innovations de SEAir. Un Moth vient d'être entièrement instrumenté pour mieux connaître et modéliser la mécanique du vol de l'engin. Cette prestation pourra éventuellement être proposée à des coureurs souhaitant optimiser leurs bateaux et leurs façons de naviguer.

Les recherches sur le Moth ont déjà donné lieu au développement d'un modèle de foil innovant, notamment sur son mode de production et de calage. Plusieurs brevets ont été déposés à cette occasion.

Système de calage de foil, Brevet déposé

Le Mini pour goûter au large

Pour faire voler un monocoque au large, SEAir a choisi la plateforme de test la plus connue, le Mini 6.50. Pour cela, la start-up a racheté le célèbre Mini 747 de David Raison, non dans le but de courir dans la classe Mini, mais de faire ses essais sur un bateau léger et performant.

L'objectif de SEAir sur ce bateau est de collecter un maximum de mesures et de travailler l'asservissement et le contrôle du foil dans tous ses degrés de liberté. Pour cela, l'appendice est entièrement instrumenté dès sa fabrication. Le bateau devrait voler en 2017 pour réaliser un temps de référence de vol au large, avec un contrôle manuel; un contrôle automatisé sera développé dans un deuxième temps.

Mini 747 en chantier

Entreprise en développement

Parallèlement à ces deux projets, l'équipe de 6 personnes de SEAir continue de développer son activité. Initiée uniquement avec des financements privés, une nouvelle levée de fond est prévue pour septembre 2016. La société est également en cours d'accréditation comme Jeune Entreprise Innovante par la BPI.

Les prestations d'étude et d'impression 3D pour des clients extérieurs complètent l'activité. SEAir est également en discussion avec la société Dynamic Stability System, pionnier du foil "non volant", pour être l'intégrateur agréé en France.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...