Interview / Cédric Labouyrie : "Avec l'Iconcraft on revisite le concept du dayboat"

L'Iconcraft 24 © Bateaux.com

L'iconcraft 24 est un dayboat récréatif dont le concept a été inventé par Cédric Labouyrie, fondateur de la marque, mais également directeur du chantier naval Arie de Boom. Il nous explique son idée et sa stratégie de développement.

Pouvez-vous nous expliquer c'est qu'est l'Iconcraft ?

L'Iconcraft est un concept de dayboat récréatif. C'est un petit bateau dans lequel on peut transporter son jet-ski et ses toys pour aller s'amuser entre amis et en famille. Sa caractéristique c'est sa grande plateforme de bain avec ses pavois qui s'ouvrent pour procurer une surface de 10 m2.  Mais il y a aussi des francs bords hauts pour la sécurité des enfants. On peut avoir un bateau avec un pont fixe ou un bateau avec un pont qui s'ouvre en deux pour accueillir le jet ski. Le jet, c'est une option, mais ça représente environ 80 % des demandes.

Quel est votre objectif avec ce nouveau concept?

L'idée c'est de revisiter le dayboat pour proposer quelque chose de nouveau aux primoaccédants. On voulait amener les loisirs récréatifs sur un bateau de 7 m. C'est un concept novateur, qui change, avec un design moderne. Il s'adresse aussi aux professionnels qui l'utiliseront comme tender pour transporter les jouets d'un endroit à un autre.

L'objectif est clairement de vendre le package entier, vendu au prix de 135 126 € HT avec la coque nue, les 2 moteurs Evinrude et le Seadoo Spark Trixx.

Où est construit le bateau ?

L'Iconcraft est un bateau français. La chaudronnerie est réalisée en Bretagne et les finitions (moteur, peinture, électricité) sont réalisées au sein du chantier Arie de Boom, dont je suis le directeur. Nous faisons du refit, de l'entretien, mais aussi de la vente (Riva, Von Dutch…) et nous sommes basés à Mandelieu.

Pourquoi avoir choisi l'aluminium comme matériau de construction ?

D'abord parce que l'aluminium permet une grande personnalisation. On avait aussi besoin d'un bateau robuste pour supporter les deux gros hors-bords sur l'arrière (NDRL : 7,32 m de long, 2 208 kg à vide et 2x250 CH) et le poids du jet-ski. Le polyester n'était pas adapté dans ce cas de figure.

Avez-vous un partenariat avec Evinrude qui motorise le bateau ?

Au sein du chantier naval Arie de Boom, on travaille avec Evinrude, ça me paraissait donc normal de choisir ce motoriste pour l'Iconcraft.

Quelle est votre stratégie de développement ?

Nous avons présenté le bateau sur le salon pour nous positionner et le concept plait. Aussi bien auprès des professionnels que des plaisanciers. Les utilisations se répartissent entre le tender ou le dayboat.

Une gamme est d'ores et déjà prête et comprend un 34 pieds, qui sera plus confortable – avec un grand bain de soleil sur l'arrière –, mais toujours axé sur les loisirs récréatifs. Viendra ensuite un 40 pieds – qui devait être initialement le premier modèle lancé. Mais il y a déjà beaucoup d'offre sur le marché des 40 pieds, on a donc fait le choix de lancer une petite unité au départ. Je voulais me différencier du coeur de marché.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...