Interview / "Les ports de plaisance sont un outil structurant pour le Morbihan"

Michel Le Bras, directeur de la Compagnie des Ports du Morbihan

Michel Le Bras, directeur de la Compagnie des Ports du Morbihan, revient avec BoatIndustry sur la mission de l'entreprise et son développement récent à Vannes et Auray.

La Compagnie des Ports du Morbihan est aujourd'hui le premier opérateur de ports de plaisance en France, avec 14 marinas sur le littoral du département. Son chiffre d'affaires a atteint 22,2 M€ en 2016. Après l'intégration des ports de Vannes et Saint-Goustan sur la commune d'Auray en 2017, BoatIndustry a souhaité faire le point avec Michel Le Bras, directeur de la compagnie, sur le rôle de l'entreprise et ses projets à venir.

Vous venez d'intégrer les ports de Vannes et Auray à la Compagnie des Ports du Morbihan. S'agit-il d'une demande des communes ? Comment cela s'intègre-t-il dans la mission de l'entreprise ?

Michel Le Bras : La demande vient en effet des élus, qui restent les décisionnaires pour leurs ports. Les collectivités se concentrent aujourd'hui sur leurs métiers de base que peuvent être les écoles ou la voirie. La gestion en régie d'un port, qui tient plus d'une activité commerciale, est un métier différent. Des communes comme Vannes ou Auray, qui veulent faire évoluer leur offre, se demandent aujourd'hui si c'est à elles d'investir. Lorsqu'elles nous confient la gestion, nous prenons en charge l'investissement et elles bénéficient de la dynamique de la Compagnie des Ports du Morbihan. Depuis 2013, nous sommes devenus une entreprise publique locale, ce qui nous a permis, en fusionnant les aspects de gestion et d'investissement portuaire, de donner un nouvel élan à l'ancienne SAGEMOR. Nous bénéficions de la volonté du département du Morbihan d'investir pour des infrastructures qu'il considère comme très structurant.

Port de Saint-Goustan à Auray

Comment cela se passe-t-il concrètement pour l'intégration de nouveaux ports ?

Michel Le Bras : En général, la ville demandeuse entre au capital de la Compagnie des Ports du Morbihan. Elle nous envoie un document de programme, sorte de cahier des charges de sa demande. Nous y répondons comme dans un appel d'offre, sans pour autant avoir de concurrent. A la fin, ce sont toujours les élus qui votent. Notre rôle est celui de bien gérer le port. Le personnel des régies municipales qui le souhaite, rejoint la compagnie. Nous avons aujourd'hui 150 équivalent temps plein sur l'année, avec un passage de 120 en janvier à 250 en août.

Quels sont les investissements prévus à Vannes et Auray ?

Michel Le Bras : Nous prévoyons 4 à 5 M€ sur 2 à 3 ans dans le port de Vannes, portant sur le dragage dans un premier temps et le changement de pontons par la suite.

A Auray, où la mairie souhaite redynamiser le port, 500 à 600 k€ vont permettre l'installation de pontons.

Port de Vannes

La Compagnie des Ports du Morbihan a-t-elle, malgré son nom, vocation à se développer hors du département ?

Michel Le Bras : Nous sommes parfois sollicités en dehors des limites du département et réalisons des missions de conseil et d'ingénierie dans le cadre du réseau Passeport Escale. L'actionnaire majoritaire étant le département du Morbihan, nous n'avons pas vocation à gérer des ports hors du département, mais nous réfléchissons à la possibilité de développer les prestations intellectuelles hors du Morbihan.

Plus d'articles sur les chaînes :

Morbihan
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...