Libertykite : "Il y a de la demande pour de grandes ailes pour les bateaux de plaisance."

Libertykite peut permettre de réduire la consommation d'un bateau de plaisance à moteur.

Libertykite, la marque d'aile pour la traction de bateaux de plaisance par cerf-volants, cherche encore sa clientèle. Richard Leloup nous explique son positionnement et les développements en cours.

Le fruit d'un démâtage

Après son démâtage dans le Vendée Globe 2000, le skipper Yves Parlier imagine de tracter son voilier avec une aile de kite. Cette idée en tête, il lance le projet Beyond The Sea, appuyé sur sa société Océa, créée en 1992 pour ses différents projets d'innovation nautique.L'objectif est de développer une solution simple de propulsion de bateau par cerf-volant. En parallèle des applications de Beyond The Sea sur les gros navires, Libertykite est la version destinée aux bateaux de plaisance. Appuyé par divers écoles et laboratoires de recherche, Océa teste et met au point plusieurs prototypes d'ailes jusqu'à définir les deux voiles Libertykite de 10 m² et 20 m².

Une aile de kite adaptable aux voiliers et aux bateaux à moteur

Le Libertykite, imaginé par Yves Parlier, a été mis au point par Christophe Roussel et Richard Leloup pour répondre à 4 contraintes principales :

  • Etre envoyé, récupéré et manœuvré par une personne seule sur son bateau
  • Etre auto-stable, sans action de l'opérateur
  • S'adapter facilement à tout type d'embarcation
  • Naviguer du vent de travers au vent arrière pour tous les bateaux et au près pour ceux munis de dérive

Les utilisations du Libertykite vont du gréement de secours sur un voilier démâté ou un bateau à moteur en panne, à la propulsion d'appoint pour économiser du carburant. Il s'adapte sur les taquets d'amarrage de l'embarcation.

Démarrage timide

Entré en phase commercial, le Libertykite démarre lentement. " Aujourd'hui, on a vendu 4 Libertykite. Les gens ont besoin de voir et de tester." explique Richard Leloup, ingénieur chez Océa. "Il faut du temps pour que cela fasse son chemin !" renchérit Eric Pelaprat, distributeur pour le sud de la France, qui indique que des contacts sont pris avec la course autour du monde Golden Globe Race, comme gréement de secours.

Interrogé sur la perception du prix des ailes ( 1740 € pour le Libertykite 10m² et 2340 € pour le Libertykite 20m²), Richard Leloup concède qu'il peut faire peur à certains plaisanciers traditionnels, mais qu'il ne surprend pas les personnes habituées au kitesurf, dont les tarifs sont équivalents.

Agrandir la gamme

S'arrêter à 20 m² limite la clientèle touchée explique M. Leloup. "Nous avons pas mal de demande pour des ailes plus grandes, soit pour aller plus vite, soit pour installer sur des bateaux plus grands. Une nouvelle aile de 40 m² devrait voir le jour, mais même si nous voulons nous développer en plaisance, nous avons d'autres projets sur les gros navires. Il faut gérer les priorités dans notre petite équipe. Nous travaillons aussi à permettre une utilisation de l'aile en mode performance, grâce à de nouvelles techniques de mise en oeuvre et de nouveaux matériels."

Si le Libertykite existe, il lui faut donc encore du temps et des adaptations pour fleurir sur nos bateaux de plaisance.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Thierry Ramio - 29 Octobre 2017
trop cher le prix
Ajouter un commentaire...