Interview / Cannes Yachting Festival: "On laisse de la place aux petits exposants."

Sylvie Ernoult, commissaire générale du Cannes Yachting Festival

Sylvie Ernoult, commissaire générale du Cannes Yachting Festival, revient avec BoatIndustry sur les informations qui intéressent les exposants à la veille de l'édition 2019. Profils des visiteurs et des entreprises du nautisme présentes, tarifs, positionnement commercial, organisation des essais de bateaux en mer...

A une semaine du Cannes Yachting Festival, la commissaire générale du rendez-vous nautique de la rentrée, Sylvie Ernoult, répond aux questions de BoatIndustry sur son organisation et ses évolutions.

Quelles sont les grandes tendances dans le profil des exposants pour le Cannes Yachting Festival 2018?

Pour commencer, il y a toujours plus d'exposants. Nous passons de 528 entreprises présentes l'an dernier à 542 cette année. Et ce qui est important, c'est que nous conservons la part d'un tiers de nouveaux exposants. Il est important pour nous de toujours laisser de la place aux nouveaux. Cela permet de suivre les évolutions de l'industrie nautique, dans des domaines comme les foils avec Princess, Enata ou Seair, ou Rainboat avec les moteurs électriques. On laisse de l'espace aux petites structures tout en conservant les gros exposants. Tous les grands du monde du nautisme entre 5 et 50 mètres sont là. La voile reste également très présente et les catamarans continuent à croître.

Quelles actions de communication avez-vous mené? Quel profil de visiteur visez-vous?

Il n'y a pas de changement radical. Nous avons continué la communication internationale, avec de plus en plus d'actions vers les médias lifestyle pour élargir le champs des personnes touchées. On s'ouvre à des médias généralistes importants, ce qui consolide la place du salon dans le paysage de la plaisance mondiale.

Quelles sont les évolutions dans les espaces d'exposition?

Les toys, qui attirent beaucoup de visiteurs, ont tous été déplacés à Port Canto, afin de préparer les évolutions à venir en 2019 qui seront dévoilées lors de l'ouverture de l'édition 2018. Nous développons les accès à Port Canto et continuons à étendre la luxury gallery, réservée aux produits de luxe hors nautisme, à la demande des clients.

Quelle est la politique tarifaire du salon auprès des exposants?

Comme c'est le cas depuis plusieurs années, le tarif au mètre carré est maintenu, en suivant l'inflation. C'est un choix, et j'en suis contente, malgré une plus grande demande qui nous permettrait d'augmenter les prix. C'est une politique raisonnable et cohérente par rapport à notre positionnement vis à vis des autres salons nautiques.

Y a t il des changements dans l'organisation des essais en mer?

On essaie de normaliser le choses avec pour objectif de sécuriser le fonctionnement et de le rendre plus fluide. Il y aura désormais des horaires fixes d'ouverture de la traversante auxquels les bateaux devront se présenter. Cela évitera qu'ils attendent et s'agglutinent dans une situation qui pouvait être risquée. De plus, le matériel a été renforcé et les opérateurs formés pour éviter les pannes comme celle rencontrée l'an dernier (NDLR : qui avait entraînée la fermeture à la circulation pendant plus d'une demi-journée.)

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...