Hawksley Classics, un nouveau venu sur le marché du bateau en bois

Etoile 18, premier modèle du chantier anglais Hawksley Classics

Le chantier anglais Hawksley Classics présentait sur les salons d'Automne un superbe canot automobile en bois et fabriqué entièrement à la main par ce couple de passionnés. Lancé il y a un an, le chantier espère bien se faire un nom sur le marché de la construction navale traditionnelle.

Reconversion professionnelle pour passionnés de bateaux

Simon Hawksley et Laure Mora – couple au travail et à la ville — sont d'anciens ingénieurs dans le forage reconvertis désormais en professionnels du nautisme. Passionnés de bateaux – surtout en bois –, mais plutôt habitués aux semi-rigides avec lesquels ils s'adonnent à la plongée en Écosse, ils ont décidé de construire leur propre modèle et de lancer leur marque : Hawksley Classics. Pour ça, reconversion professionnelle oblige, Laure a suivi un cursus d'ébénisterie et Simon de construction navale traditionnelle.

En 2017, ils lancent leur marque et un premier modèle prototype, Étoile 18. C'est d'ailleurs avec ce projet et sa mise en œuvre que Simon valide ses études.

Une construction en bois, mais moderne

Désireux de fabriquer des bateaux en mois de manière artisanale, Simon et Laure construisent un atelier dans le Dorset, en Angleterre, l'endroit où ils vivent. Pour la conception, pas de modélisation 3D, Simon dessine ses formes de coque à la main. Un design qui s'inspire des canots automobiles américains des années 60, puis repris par les italiens, et notamment Riva, avec un tableau arrière très arrondi.

Même s'il souhaite construire à la main, Simon utilise des matériaux modernes à base d'époxy. Les 3 couches de contreplaqué qui recouvrent le bois sont réalisées manuellement, tandis que de l'époxy assure rigidité et étanchéité au bateau.

Pour l'accastillage, le couple travaille avec des fournisseurs anglais, privilégiant l'approvisionnement local, au possible.

Développer une activité custom

L'Étoile 18 est le premier modèle de la marque et un 2e exemplaire est déjà en construction en Angleterre. Après Southampton, où l'accueil avait été très bon, le Cannes Yachting Festival était le 2e salon pour la marque. "Nous attendons d'avoir les retombées du salon pour savoir si le bateau plait. Nous ne sommes pas spécialistes du bateau à moteur, mais nous avons un entourage de talents dans le Dorset pour nous aider à réaliser de beaux bateaux" explique Laure. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'accueil est positif ! L'Étoile 18 attire les regards, il faut dire qu'il est présenté à l'entrée du salon cannois.

Simon et Laure souhaitent conserver le côté custom de leur entreprise et développer des designs différents, aussi bien de tailles que de propulsion, avec des modèles électriques par exemple.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...