La résine thermoplastique, une solution d'avenir pour la construction nautique ?

© Vincent Olivaud

La société bretonne Ouest Composites — maison-mère du constructeur de semi-rigide Pro Marine — a réalisé en collaboration avec Arkema et Bostik (société française de colle et adhésif du groupe Arkema) le premier semi-rigide en résine liquide thermoplastique Elium. Un avenir durable dans le nautisme ?

Le premier semi-rigide recyclable

En 2016, Arkema participait à la construction d'un Mini 6,50 prototype dont la coque et le pont étaient entièrement réalisés en résine thermoplastique Elium®, par infusion de fibres de carbone. En 2019, après une rencontre au Salon Nautique de Paris en décembre 2018, la société bretonne Ouest Composites — maison mère du chantier de semi-rigides Pro Marine — vient d'utiliser cette même résine pour réaliser la carène infusée d'un de ses modèles professionnels, le Manta 550. L'objectif ? Produire le premier semi-rigide recyclable.

Une bonne opportunité pour Arkema qui avait la volonté de produire un semi-rigide à partir de sa résine liquide thermoplastique Elium. Ce prototype servira d'ailleurs de bateau d'assistance au Multi50 Arkema.

"Dans le nautisme, l'aspect recyclable des produits est un réel enjeu qui préoccupe les plaisanciers comme les professionnels" explique Jean-Denis Bargibant, gérant associé de Ouest Composite.

Une résine qui se recycle

Elium, contrairement à la résine polyester est donc recyclable de deux manières différentes :

Recyclage mécanique : La coque est séparée des flotteurs pour être découpée, broyée avant d'être fondue. Le composite thermoplastique qui en ressort est ensuite mélangé à une autre matière vierge (ABS, PC, PVC, etc.) pour former un nouveau matériau.

Recyclage chimique : En chauffant la pièce en composite, on va pouvoir la décomposer sous forme gazeuse. Ces gaz seront ensuite distillés pour obtenir une base servant à la fabrication d'une nouvelle résine Elium.

"Les propriétés mécaniques de la résine sont identiques à celle d'une résine époxy, c'est-à-dire supérieures au polyester", explique la société Ouest Composites. La résine Elium, a été utilisée pour une stratification avec la méthode d'infusion ou la méthode par contact (pour les plus petites pièces.)

Une gamme à venir ?

Pour les trois partenaires — Arkema, Bostik et Ouest Composites — le bilan est positif. "La résine Elium est un process qui fonctionne bien en infusion" détaille Damien Harlé, Gérant de Ouest Composites.

La réalisation de ce prototype de semi-rigide en thermoplastique pourrait d'ailleurs donner des idées à la société française, comme l'explique le gérant qui aimerait dans les cinq ans pouvoir réaliser toutes ses coques à base de résine recyclable.

"C'est un de nos objectifs en tant que chantier français soucieux du bien-être de la planète. D'autre part, quand on vend un bateau, on est aujourd'hui obligé d'appliquer une quote-part de recyclage de 45 € pour les bateaux de moins de 6 m. C'est donc en toute logique que nous aimerions trouver une solution dans le futur pour réduire les déchets" conclut Frédéric Bulleon, commercial du chantier ProMarine.

Présentation au JEC World 2019

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...