Bagou Boats, une nouvelle marque de catamarans électriques

Jérôme Clément, fondateur de Bagou Boats © Bagou Boats

Bagou Boats — pluriel de Bag, qui veut dire bateau en breton — est une nouvelle marque de bateaux électriques. Son fondateur Jérôme Clément est à la tête d'une entreprise d'électricité à Lorient et a décidé d'allier sa passion pour la voile et son savoir-faire électrique pour développer un nouveau bateau.

Un catamaran éléctrique open

Le premier modèle — le Bagou 7.0 — est un catamaran open à propulsion électrique d'une longueur hors-tout de 7,30 m qui se destine à la balade côtière. Homologué en catégorie C, il peut embarquer jusqu'à 10 personnes à bord, qui disposeront de toutes les commodités pour une journée détente en mer : spacieux carré, bain de soleil, cuisine, etc.

Jérôme Clément — qui avait déjà conçu et construit de manière amateur deux multicoques par le passé — a pu mettre son expérience à profit pour le design de ce nouveau modèle, désormais construit en série. " Le choix du catamaran se justifie par la recherche d'un minimum de trainée dans l'eau pour obtenir un bateau électrique performant", nous explique Xavier Petitcolin, responsable de la communication et commercial de la marque.

Il s'est adjoint les services de l'architecte naval Julien Marin, spécialisé dans la construction de bateaux en contreplaqué/époxy pour créer un design sobre et épuré avec des étraves inversées.

Cette méthode de construction à l'avantage d'éviter la fabrication très couteuse de moules, et convient particulièrement pour de la petite série. Le bateau est en construction depuis avril 2019 au sein des ateliers de Sailwood, entreprise de menuiserie et chantier Lorientais et sera mis à l'eau début juillet.

Après la présentation d'une maquette en décembre 2018 à Paris, le lancement officiel aura lieu au Grand Pavois à La Rochelle en septembre 2019.

Une propulsion électrique

À l'inverse du marché du bateau à moteur, qui offre des motorisations de plus en plus importantes, le Bagou 7.0 reçoit une propulsion électrique de 2x2 kW à 2x10 kW (voir même 2x50 kW).

"Certaines marques conçoivent des bateaux conçus pour recevoir des moteurs thermiques et proposent une motorisation électrique pour leur donner une image "verte". Avec Bagou Boats c'est l'inverse. Le bateau est d'abord développé pour l'électrique, mais pensé néanmoins pour la propulsion thermique pour avoir une offre complète" détaille Xavier Petitcolin.

Une gamme à venir ?

Le développement d'une gamme a été pensé, mais l'échéance reste inconnue pour l'instant. "En 2019, nous sortirons un seul modèle", explique Xavier Petitcolin. "Mais l'avantage de la construction de cette plateforme c'est qu'elle nous permet e l'adapter à différentes architectures" ajoute-t-il.

Ainsi, il n'est pas impossible de voir arriver de nouvelles versions : cabine fermée, version club de plongée, etc.  

Une utilisation pour la plaisance

Avec ce modèle de catamaran open, Bagou Boats s'adresse à différents profils : plaisance côtière, plaisance fluviale, mais aussi navigation en eaux intérieures, et notamment sur lacs. Il vise également la copropriété et les boats-clubs, comme l'explique Xavier Petitcolin, en charge du développement. Marketing et commercial de la marque.

"La population de plaisanciers propriétaires de bateau vieillit, et avec Bagou Boats nous envisageons la solution de partage et d'usage de bateaux, en flotte de location ou en copropriété."

Ou pour un usage professionnel

Le chantier espère aussi séduire les professionnels en proposant une plateforme de divertissement sur l'eau. "On cible également les professionnels du tourisme fluvial et de la gastronomie. Par exemple, un pourrait imaginer un restaurateur installé sur le Blavet (Bretagne) organiser des apéritifs dinatoires sur l'eau. Le Bagou 7.0 pourrait aussi faire office de navette hôtelière, ou être utilisé pour de la prestation de cuisine sur l'eau" explique Xavier.

Une campagne de financement participatif

Pour développer ses moyens de communication et sa notoriété, Bagou Boats organisera prochainement une campagne de financement participatif. "Ce sera une procédure de dons contre dons qui va nous permettre de collecter des fonds pour faire connaître la marque", conclut Xavier Petitcolin.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...