Alubat : Un nouvel Ovni pour trouver une nouvelle clientèle de plaisanciers

L'Ovni 400 veut être le début d'une nouvelle page de l'histoire d'Alubat

Le chantier naval Alubat, spécialiste du voilier de voyage en aluminium, remonte la pente. Avec un design de rupture, il parie sur son nouvel Ovni 400 pour trouver un nouveau vivier de plaisanciers. Architecte et gérants du chantier justifient leur choix.

De la liquidation d'Alubat au nouvel Ovni 400

Fondé en 1973, on ne présente plus le chantier Alubat, spécialiste vendéen des voiliers de voyage en aluminium et sa célèbre gamme Ovni. S'il a bien failli disparaître après la liquidation judiciaire de 2011, il est désormais dans une meilleure dynamique. "On a remonté une équipe qui allie jeunesse et savoir-faire dans le but d'atteindre un succès que l'on espère un peu mondial" résume Michel Berson, le PDG d'Alubat.

Michel Berson, PDG d'Alubat

Christian Picard est arrivé en 2016 pour prendre la direction opérationnelle en apportant son expérience de broker spécialiste du bateau de voyage en aluminium. Il expose la démarche entreprise. "Il y a la volonté de casser les codes pour relancer la vente de bateaux neufs. On a lancé le projet de catamaran, mais nous n'avions pas la capacité de l'autofinancer et nous n'avons pas trouvé le 1er client. Il y avait trop de risques et nous l'avons mis en sommeil. La modification de l'Ovni 445, devenu Ovni 450, a fait du bien au chantier. On en est au 10ème vendu en 1 an. On a ainsi pu lancer le projet de l'Ovni 400, il y a un an en 2018."

Christian Picard

Changer la représentation de la gamme Ovni

Après consultation d'architectes, le duo Alain Mortain et Yannis Mavrikios, a été retenu par Alubat. Mené en 7 mois, le projet de voilier tranche avec l'esthétique des Ovni existants, avec un bouchain en moins, un franc-bord très haut, un roof panoramique et une étrave très volumineuse. Les intérieurs ont un aspect moins rustique. "On n'a pas voulu faire du nouveau pour du nouveau. L'idée est de changer la représentation de la gamme dans l'avenir." précise Alain Mortain.

Ovni 400 et Ovni 445 bord à bord
Alain Mortain et Yannis Mavrikios, architectes de l'Ovni 400

Christian Picard revendique ce choix. "Le ticket d'entrée pour nos bateaux est entre 400 000 € et 600 000€. La clientèle de ces voiliers avec ce budget a l'habitude d'un certain niveau de confort qu'il faut suivre." Interrogé sur la peur de perdre des clients habitués à la marque, il répond en riant. "Oui, mais de toutes façons, les anciens clients ne nous achètent plus de bateaux !"

Des objectifs de croissance

La direction du chantier Alubat croît en cette révolution de l'image des Ovni. Le 1er Ovni 400 a été réalisé en auto-financement. L'objectif est d'une dizaine par an et de 15 bateaux globalement en 2019/2020. Pour l'année suivante, elle souhaiterait atteindre les 20 voiliers.

L'activité de refit dédiée aux Ovni permet de rentabiliser l'espace inoccupé du chantier. Les 5 bateaux traités en 2019 ont représenté l'équivalent de 2 voiliers neufs pour Alubat.

La croissance devrait aussi passer par l'international. Un commercial dédié a été recruté. Alubat participera également au Boot Dusseldorf en janvier 2020.

Plus d'articles sur les chaînes :

Vendée
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...