Port Adhoc, le gestionnaire de ports de plaisance s'implante aux Pays-Bas

La marina de Jachthaven Bruinisse intègre le réseau Port Adhoc avec le groupe Thuishaven

Le spécialiste du port de plaisance Port Adhoc s'ouvre à l'international. Il s'implante aux Pays-Bas avec le rachat des marinas du groupe Thuishavens. Clément Héliot, responsable du développement, nous explique les projets et les ambitions liés au rapprochement.

Port Adhoc et Thuishavens, une alliance aux 8600 anneaux

Le groupe Port Adhoc, plus gros gestionnaire privé de ports de plaisance en France, a annoncé le rachat du groupe néerlandais Thuishavens. En ajoutant à ses 7 ports hexagonaux de Manche, d'Atlantique et de Méditerranée les marinas de Jachthaven Naarden, Marina Muiderzand et Jachthaven Bruinisse, il prend une dimension internationale. La nouvelle entité propose un total de 8600 places pour des bateaux à flot et à terre.

Un réseau pour investir dans l'offre des ports de plaisance

"Il s'agit réellement d'un rapprochement pour créer un réseau ensemble et être plus forts face aux mutations et aux transformations de la plaisance. La marque Thuishavens n'a pas vocation à disparaître" indique Clément Héliot, responsable du développement de Port Adhoc. "Il s'agit d'une base de recettes communes pour mutualiser les investissements nécessaires pour développer les nouveaux services aux plaisanciers. Les deux groupes fonctionnent de la même manière avec un siège qui assure les fonctions supports pour les différents ports. Celui des Pays-Bas sera maintenu, la langue et les réglementations étant différentes."

Gilles Tersis et Nanke den Daas, dirigeants de Port Adhoc et Thuishavens

Transférer les bonnes pratiques entre les marinas

"Nous avons la même vision du marché, mais nous n'avions pas investi sur les mêmes aspects. En bénéficiant d'une taille plus grande, nous allons pouvoir déployer ces bonnes pratiques d'un pays à l'autre." explique Clément Héliot. Le responsable cite l'offre transgénérationnelle des hollandais, avec le développement des services aux familles à travers des piscines, des aires de jeux, des logements flottants ou des écoles de voile dans les ports, transposable en France. A l'inverse, le travail de Port Adhoc sur sa solution VEGA de digitalisation de la relation client et de la gestion portuaire (bathymétrie, réseaux, gestion d'accès...), en cours de déploiement en France pourra être appliquée aux Pays-Bas.

L'emplacement premium des marinas hollandaises, à proximité de Rotterdam et Amsterdam, confrontera Port Adhoc à une clientèle haut de gamme, différente de ses plaisanciers actuels.

La réflexion sur les boat clubs, dont le 1er estampillé Port Adhoc a vu le jour à Port Médoc à l'été 2019, se poursuit. "On reste attentif à ce qui se passe sur le marché, dont l'offre n'est pas encore mâture." précise Clément Héliot.

Marina de Muiderzand

Une nécessaire structuration de la plaisance européenne

Le groupe Port Adhoc ne compte pas s'arrêter là et envisage la poursuite d'une ambition européenne, nécessaire à ses yeux. "Il y a peu d'acteurs structurés en Europe et un intérêt logique du réseau pour investir, non dans l'entretien, mais dans l'investissement nécessaire dans le contexte de modification du marché de la plaisance. On ne s'interdit pas d'aller dans d'autres pays européens. Il y a des opportunités en Espagne, en Italie, en Grèce ou en Croatie." conclut le responsable du développement de Port Adhoc.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...