Interview / Rachat : Construction Navale Franck Roy change de main

Morgann 5.50 de Construction Navale Franck Roy

Construction Navale Franck Roy, le chantier réputé pour ses bateaux de plaisance traditionnels, change de propriétaire. Déménagement, stratégie de développement... Son nouveau dirigeant, Romuald Tuffery, nous expose son projet.

Romuald Tuffery, nouveau propriétaire de Construction Navale Franck Roy, répond aux questions de BoatIndustry.

Comment s'est organisée la reprise du chantier avec Franck Roy et quel est votre parcours ?

Après un bac professionnel en systèmes électroniques et systèmes embarqués, j'ai rapidement créé mon entreprise dans l'informatique, que je dirige depuis 2013. WestInfo emploie aujourd'hui 21 salariés. Lors de ma 1ère rencontre avec Franck Roy au Nautic 2018, nous avons longuement discuté de son projet de cession. Je suis ensuite allé visiter le chantier à Marsilly. Après 1 an de travail avec Franck sur la reprise, l'équipe nécessaire et le projet de développement de l'entreprise, la cession est devenue officielle ce 4 novembre 2019. J'ai déjà des liens avec la voile, étant originaire des Sables d'Olonne où elle est très présente. WestInfo a aussi participé à l'installation informatique de l'IMOCA de Benjamin Dutreux.

Franck Roy, fondateur du chantier (© Emmanuel van Deth)

Comment se passe la reprise du point de vue de l'outil industriel et du personnel ?

Le chantier déménage de Marsilly aux Achards en Vendée. Nous sommes en cours d'emménagement. Tout l'outillage et les moules des bateaux sont déplacés. Le chantier s'installe dans une ancienne menuiserie, en bois, avec de jolis parquets, qui colle bien à l'identité du chantier. Trouver les bons locaux a pris du temps. Du point de vue de l'organisation des lieux, on repart de la feuille blanche.

Le déménagement était nécessaire car la nouvelle équipe va s'appuyer sur Romain Dana pour le bureau d'études, ancien de chez Bénéteau, et Antoine Potier comme chef d'atelier, tous 2 vendéens. C'était donc plus facile. Je m'occuperai du commercial, secondé par un alternant technico-commercial. A cela s'ajoutent 3 personnes en production, plus un recrutement prévu début 2020.

Quelle est votre stratégie de développement et quels sont vos objectifs de production ?

L'idée à court terme est de retravailler la marque et de se recentrer sur les modèles phares des gammes Solenn et Morgann. Par la suite, il y a l'idée d'une nouvelle gamme proche du Solenn pour du dayboat.

Solenn 32 (© Emmanuel van Deth)

Sur les 208 bateaux vendus depuis la création du chantier par Franck Roy, 90% l'ont été en France. Je souhaite aller trouver des clients étrangers. Cela passe par un réseau de concessionnaires, même si l'on n'est évidemment pas sur le fonctionnement d'un groupe comme Bénéteau. Il faut trouver quelques passionnés de voile pour des clients correspondant au chantier. L'idée n'est pas de faire 30 bateaux par an. Aujourd'hui, on en construit 10 les meilleures années, l'objectif est de doubler d'ici quelques années.

Franck Roy a construit quelques bateaux à moteur. Est-ce toujours d'actualité ?

J'envisage de développer la gamme moteur, mais ce n'est pas une priorité. Aujourd'hui on se concentre déjà sur les voiliers et à court terme sur la préparation du Nautic.

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente-Maritime
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...