Evoy pousse le moteur hors-bord électrique vers les fortes puissances

Moteur hors-bord électrique de marque Evoy

Le fabricant norvégien Evoy annonce le lancement d'un moteur électrique hors-bord de forte puissance. Une évolution importante pour la diffusion des propulsions propres dans la plaisance.

Un spécialiste norvégien de la propulsion électrique pour les bateaux rapides

Le motoriste norvégien Evoy a vu le jour officiellement en 2018. Sa genèse remonte pourtant à 2003. Après analyse du marché, les fondateurs Gunnar et Leif A. Stavostrand, ont lancé leur entreprise spécialiste du moteur électrique pour le milieu marin dans un pays en pointe dans le domaine. La Norvège compte parmi les pionniers dans les navires commerciaux zéro émissions, avec des ferries à propulsion électrique en service depuis plusieurs années. Evoy s'est fixé pour objectif de transposer la technologie pour les bateaux rapides et les coques planantes. En 2019, l'entreprise a revendiqué un record mondial officieux de 55 noeuds pour un bateau électrique.

De l'inboard au hors-bord électrique

Après avoir sécurisé des financements auprès d'investisseurs privés à hauteur de 3,75 M de couronnes norvégiennes (330 000€), l'entreprise a développé son 1er bateau démonstrateur à propulsion inboard, le Evoy 1, de modèle Polarcirkel 860. Evoy indique proposer des motorisation inboard électrique jusqu'à 800 chevaux.

En réponse à une demande de l'armateur de navires de croisière polaire Hurtigruten, Evoy s'est désormais lancé dans le développement de moteurs hors-bord électrique de forte puissance. Un démonstrateur de puissance équivalente à 150 CV thermique devait être présenté lors du salon de Lillestrom en mars, finalement annulé en raison de la crise sanitaire. Après validation, il devrait équiper les Zodiac Milpro MARK5 utilisé pour les excursions.

De fortes puissances en hors-bord électrique

Conçu pour une utilisation professionnelle, le nouveau produit de Evoy ouvre des perspectives également en plaisance. Alors que les hors-bord électriques des principaux acteurs du marché se limitent aux petites puissances inférieures à 100CV, cette nouvelle offre pourrait séduire des plaisanciers. L'autonomie reste le frein technique principal. Si l'usage d'Hurtigruten est principalement lié à des transferts courts, la majorité des plaisanciers naviguent sur des distances plus longues (tout en étant limitées).

Réagir à cet article :
Wake Ski - 3 mois
Au Nautic de 2012, la Sté REGEN exposait des moteurs HB électriques ... de "fortes" puissances ...
Wake Ski - 3 mois
En fait, ce n' est pas de fabriquer un moteur électrique de forte puissance qui se révèle très compliqué.... C'est plutot la capacité du parc de batteries qui limite l'autonomie :( ... et / ou la rapidité de charge. Difficile de considérer qu'un bateau équipé de ce genre de HB en usage club de Ski, doive passer une demi-journée de charge pour une demi-journée de pratique...
Ajouter un commentaire...