WEBscant : Calcul de structure sur le cloud

Principe de fonctionnement de WEBscant

La FIN lance WEBscant, un outil en ligne de calcul de structure de bateau. Il servira à optimiser la prochaine norme ISO 12215-5, avant un éventuel futur commercial.

Un service de calcul dématérialisé

La Fédération des Industries Nautiques lance un nouvel outil de calcul de structure en ligne selon la norme ISO 12215-5. A l’aide d’un accès sécurisé, WEBscant permet aux architectes et concepteurs de déposer sur le site leur modèle de bateau. En retour, ils obtiennent un rapport détaillant les résultats et permettant de vérifier que leur conception respecte la norme ISO en vigueur. L'ensemble du calcul est traité par le site et il n'est nécessaire d'installer aucun logiciel, hormis une application fournissant l'interface pour soumettre les données.

Interface de l'application locale

Interface en ligne pour la consultation des résultats

Un outil au service de la norme ISO

Lancé par la FIN, WEBscant s'inscrit dans la démarche de monitoring des normes ISO traitant de la structure des bateaux. Représentant la France au sein du comité de rédaction, elle s’investit dans le développement de la nouvelle mouture touchant au calcul de structure des bateaux de plaisance. Afin de comparer l'actuelle ISO 12215 au futur texte et d'éviter d'éventuelles aberrations, invisibles à première vue, elle a décidé de lancer une comparaison sur un échantillon varié de bateaux, y compris ceux qui sortent des sentiers battus. Partant du noyau de calcul I-Scant de l'ICNN et développé par DNConcept, le nouvel outil doit offrir à la FIN une base de données anonyme pour affiner les paramètres de la norme.

Tout concepteur souhaitant participer à cette démarche collaborative peut proposer son design. « L'objectif n'est pas d'avoir 15 fois le même bateau » nous dit Grégoire Dolto, expert des normes au sein de la Fédération des Industries Nautiques. Pour ce faire, le groupe ISO validera préalablement l'intérêt du projet. Seuls les éléments les plus pertinents de la structure seront vérifiés.

Le texte de la nouvelle norme doit être figé fin 2017 pour une publication dans l'année suivante

Un avenir commercial ?

Après l'année et demi de mise au point de la norme, quid de WEBscant ? La réflexion est ouverte au sein de la FIN. La mise en place d'un service de vérification de structure en ligne, sur le cloud, pourrait intéresser des architectes, d'autant que le post-traitement est déjà en place. Quelle formule commerciale adopter : licence à l'année, achat de calcul à l'unité… Reste à trouver le modèle.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...