Voiliers et kayaks Plasmor, les propriétaires soutiennent le chantier

Gamme de voiliers et kayaks Plasmor © Jean-Marie Liot

Les clients de Plasmor, le chantier de construction de voiliers et de kayaks, ont répondu présent à l'opération de crowdfunding de l'entreprise. Sébastien Marin, responsable commercial, précise les détails de la levée de fonds et les projets de développement qui en découlent pour le chantier naval.

Des plaisanciers concernés par l'avenir de leur chantier

Le société Plasmor a été créée en 1977 à Theix par Dominique Bourçois. Depuis son 1er kayak de mer en 1981, l'entreprise n'a cessé de travailler pour l'industrie nautique et s'est faite connaître dans la voile grâce au Skellig, un misainier au style néo-rétro. Comme toutes les PME, le chantier naval, qui produit aujourd'hui 35 bateaux à voile par an et 250 kayaks et emploie 12 personnes, fait face à des difficultés pour investir et renouveler sa gamme. Ce constat, l'entreprise l'a partagé avec ses fidèles clients. "Il y a un aspect familial dans la relation avec nos clients. C'est un de nos propriétaires qui nous a suggéré l'idée de ce crowdfunding. On s'est dit qu'on allait essayer." explique Sébastien Marin, responsable commercial et bras droit du fondateur de Plasmor.

Différentes générations de voilier Skellig

Des résultats au-delà des espérances

Plasmor a donc lancé sa levée de fonds dans une newsletter à ses clients. "Le résultat a été plus important que ce que l'on pensait. Le ticket d'entrée pour soutenir l'entreprise était de 5000€. On a eu une trentaine de promesses de prêt !" se félicite Sébastien Marin. En plus de la somme disponible, ces promesses sont une preuve de la confiance des propriétaires de kayaks et de bateaux Plasmor. Ce soutien est un argument de poids pour rechercher des fonds auprès des banques et des investisseurs financiers.

Développer de nouveaux bateaux

Créer de nouveaux modèles a un prix. Ces investissements vont pouvoir être lancés grâce à la levée de fonds. "Lancer un nouveau modèle de kayak représente un coût de 15 à 20 000€, tandis qu'un voilier comme les Skellig tourne autour de 80 000€. Nous allons désormais pouvoir accélérer le rythme des nouveautés." se réjouit Sébastien Marin. "Nous allons travailler sur les méthodes de fabrication des kayaks, avec l'infusion qui nécessite des investissements et de la formation. Un nouveau bateau à moteur dans l'idée des Skellig devrait voir le jour."
En plus du soutien financier, les propriétaires ayant répondu au crowdfunding participeront à un panel client pour réfléchir aux futurs modèles de Plasmor.

Kayak Plasmor

Une solution pour les marques à affect

Les petits chantiers navals ont souvent des moyens limités, mais un lien affectif fort avec les propriétaires de leurs bateaux. Si le crowdfunding ne permet en général pas de financer tous les investissements, il peut être un point de départ qui surprend même ses responsables, comme le montre l'exemple de Plasmor

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...