Bateau en impression 3D : 3Dirigo bat le record !

Impression 3D du bateau 3Dirigo dans l'imprimante 3D de grande dimension de l'Université du Maine

L'Université du Maine a franchi un nouveau cap dans la fabrication additive de bateau, grâce à son imprimante 3D géante. Le nouveau bateau à moteur 3Dirigo pourrait préfigurer l'avenir de l'industrie nautique.

Le plus gros bateau construit en impression 3D

Le plus gros objet solide en impression 3D est un bateau à moteur. L'université du Maine aux Etats-Unis et son centre sur les composites et les structures avancées, ont battu le record mondial de fabrication avec une imprimante 3D. L'embarcation, baptisée 3Dirigo, mesure 25 pieds (7,62 m). Elle est destinée à des usages de patrouille pour les militaires. Construite d'un seul bloc entre le 19 et le 22 septembre 2019, à partir d'un composé de plastique et de cellulose du bois, elle pèse 2,3 T. La coque open vient détrôner un bateau à rame de 4 pieds, selon Habib Dagher, directeur du centre sur les composites. Le projet a impliqué une trentaine d'étudiants de l'université.

Encore des étapes avant une application courante dans l'industrie nautique

Si la performance de l'Université du Maine est intéressante, il reste des étapes techniques et économiques à franchir avant de voir ce type de construction additive se généraliser dans le nautisme et la plaisance.

Le coût de l'imprimante 3D, supporté par l'institut de recherche reste élevé. L'investissement est de 2,5 M$, financés par l'armée américaine. Le temps de fabrication reste long, malgré les images impressionnantes du time lapse. La construction de la coque a pris 3 jours et 5 heures, auxquels il faudra ajouter la découpe des supports nécessaires à la construction additive et le travail de reprise de surface pour un bon hydrodynamisme... Le poids se rapproche des techniques de construction classique, tout en restant élevé.

Peu d'éléments sont disponibles sur le matériau utilisé, mais il s'agit d'un axe majeur d'évolution des imprimantes 3D pour intégrer des composants plus durables. L'Etat du Maine voit d'ailleurs dans l'expérience un débouché potentiel pour son industrie forestière en perte de de vitesse, en fournissant la cellulose nécessaire à l'impression. L'aspect partiellement réutilisable de la matière première pourrait séduire dans un premier temps pour les moules de production des bateaux, dont la durée de vie est limitée, ainsi que pour des pièces de taille plus modeste, au temps de fabrication limité.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...