Zodiac : "Il ne faut pas brader ou galvauder notre marque de bateaux"

Pierre Bastide, actionnaire majoritaire de Zodiac

Entre positionnement prix et enjeux industriels, Pierre Bastide, actionnaire majoritaire du fabricant de semi-rigides Zodiac, et son équipe, font le point sur la stratégie de l'entreprise historique du nautisme.

Offrir les bateaux Zodiac au bon prix

A l'occasion du Nautic de Paris, Zodiac ne présentait pas de grande nouveauté de bateaux, mais le spécialiste du semi-rigide a détaillé sa nouvelle offre, en insistant sur sa politique tarifaire. Augmenter la prestation standard en diminuant les prix, telle est la volonté affichée. "L'équipement standard était un peu pauvre sur la gamme Medline. On propose désormais quelque chose de plus qualitatif, notamment avec la sellerie et le bain de soleil. En même temps, on baisse le prix du Medline 500 de 5%" illustre Fanny Revert, product manager chez Zodiac. "Il ne faut pas non plus brader ou galvauder la marque. On n'a pas honte d'être plus cher, mais il ne faut pas être hors marché. On reste le premium des généralistes" complète Pierre Bastide, actionnaire majoritaire qui a repris temporairement la direction opérationnelle de l'entreprise depuis le départ de son président Dominique Héber Suffrin en novembre 2019.

Zodiac Medline500

Un nouveau pilote pour poursuivre le projet industriel autour du nom Zodiac

S'il s'est séparé du précédent dirigeant, Pierre Bastide entend poursuivre le projet industriel lancé depuis le rachat de Zodiac Nautic en 2015. "Dominique Héber Suffrin a fait du bon travail, mais pas assez vite. J'espère avoir un nouveau pilote au début de l'année 2020. Son mandat sera de poursuivre le redressement avec pour objectif d'être profitable l'année prochaine. Ce qui m'a plu au départ en rachetant l'entreprise, c'est la force du nom Zodiac. Je suis motard et je ferai le parallèle avec Harley Davidson, un nom qui était tombé en désuétude. Le projet stratégique commençait par reconstruire le socle industriel, avec des bateaux livrés à l'heure et en réduisant les coûts, tout en recréant le lien avec les concessionnaires pour que chacun puisse gagner sa vie. Les fondamentaux sont plus que jamais là."

Regagner les plaisanciers méditerranéens et américains

Pour dynamiser ses ventes, Zodiac compte sur plusieurs leviers. En rajeunissant ses gammes Medline et N-Zo, le constructeur de semi-rigides compte reprendre des parts de marché en Méditerranée. D'autres zones géographiques sont visées. "L'Amérique du Nord comptait pour 40% du chiffre d'affaires de Zodiac et a fortement baissé. Nous voulons y revenir. L'Asie est également quasi-vierge" ajoute Pierre Bastide. Des synergies avec le groupe Couach, dont il est également actionnaire pourraient voir le jour. "L'axe des bateaux professionnels peut ouvrir de nouveaux marchés, à l'image du contrat pour la SNSM remporté avec Couach. Un groupe Couach/Zodiac n'est pas à l'ordre du jour, car il faut garder la force des noms, mais il y a une mise en commun des moyens, notamment en recherche et développement et dans tous les aspects technologiques." résume l'actionnaire.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...