Bavaria Yachts, les repreneurs dévoilent une stratégie radicale

Chantier naval Bavaria

Réduction drastique de la gamme de bateaux, internalisation de la production, relance de la marque Nautitech… La nouvelle direction de Bavaria a annoncé sa nouvelle stratégie.

Retour aux bateaux 100% Made In Germany

Le nouveau management du groupe Bavaria a présenté sa stratégie pour sortir des difficultés qu'il a traversé jusqu'à l'annonce de sa reprise par le fond d'investissement CMP en septembre 2018. La première décision de la nouvelle direction est le rapatriement de l'ensemble de la production de ses bateaux dans son fief allemand de Giebelstadt. Bavaria entend ainsi mieux maîtriser la qualité de ses bateaux et retrouver le prestige du Made In Germany. La vedette à moteur Bavaria R55, sous-traitée jusqu'à présent en Croatie, sera construite en Allemagne dès le premier semestre 2019. Le rapatriement des outillages est en cours.

Image du Bavaria R55

Reprendre la main sur le développement et la construction des bateaux

Le groupe Bavaria se félicite d'avoir pu conserver son personnel durant sa période de sauvegarde. Il entend désormais miser sur la fidélité de ses employés pour réinternaliser un maximum de compétences. "Le personnel s’identifie très bien avec Bavaria Yachtbau, c’est le cœur de notre entreprise" indique Erik Appel, directeur général de Bavaria Yachtbau ."C’est la raison pour laquelle nous voulons continuer à développer notre personnel permanent tout en réduisant le nombre d’employés temporaires. Cela nous permettra de réduire considérablement les coûts de production."

Cette stratégie s'applique également au domaine de la conception des bateaux. Le responsable de Bavaria a annoncé la création d'équipes interdisciplinaires pour mieux organiser le transfert des nouveaux modèles développés de l’ingénierie à la production et réduire les coûts.

2 fois moins de modèles de bateaux

Le nouveau management de Bavaria considère le portefeuille de produit actuel comme trop complexe. Il se fixe comme objectif de faire passer en trois ans le nombre de modèles de 26 types de bateaux à 10 / 12 d'ici 3 ans, en se concentrant sur le cœur de la demande du marché de la plaisance. Il entend ainsi gagner en fiabilité du produit.

Le modèle Bavaria C65 est abandonné

Fin du C65 et du bateau électrique

Plusieurs modèles de bateaux sont d'ores et déjà abandonnés, tandis que d'autres sont repensés. Le C65, plus grand voilier de Bavaria a été arrêté, ainsi que la gamme de bateaux à moteur électriques et hybrides. La gamme voile est en cours de ré ingénierie. Le processus a débuté avec le Bavaria C50 et va se poursuivre avec le C57 puis le C45.

Ralentir le rythme des nouveautés

Bavaria entend limiter le rythme des nouveaux développements de bateaux. Le chantier naval allemand annonce 2 à 3 nouveaux modèles par an, un choix de consolidation qui constraste avec la stratégie de renouvellement rapide de concurrents comme le groupe Bénéteau.

Retour de la marque de catamarans Nautitech

Disparue lors du rachat du constructeur français de multicoques par le groupe allemand au profit de Bavaria Catamarans, la marque Nautitech va renaître. "Il est important pour nous que les deux entreprises puissent à l’avenir mettre encore plus en valeur leurs identités respectives. Sur le plan technique, les deux pays travailleront en étroite collaboration et développeront de manière significative le partenariat entre l’Allemagne et la France." précise Ralph Kudla, Chief Restructuring Officer.

Implication des employés et des concessionnaires

Kai Brandes, associé gérant du repreneur CMP, a confirmé la fin du processus d'acquisition. "L’Office fédéral de lutte contre les cartels (Bundeskartellamt) a donné son accord et le closing, c’est-à-dire l’exécution de toutes les conditions contractuelles, vient d’avoir lieu. Cela signifie la sécurité pour les collaborateurs, pour les clients et les distributeurs ainsi que pour les fournisseurs.". Sans donner plus de détails, il se félicite d' "un bon investissement à un bon prix".

Le président du comité d’entreprise de Bavaria Yachtbau, Christian Hartmann, se félicite de la sauvegarde des 800 emplois à Giebelstadt et en France et revendique une implication forte des salariés. "Nous souhaitons, en tant que personnel, être plus étroitement impliqués dans le développement de la production et des ventes. Les personnes qui travaillent chaque jour sur les yachts sont extrêmement importantes pour l’amélioration des processus et méthodes existants."

Ralph Kudla, veut impliquer les réseaux de distribution de Bavaria dans le monde dans les choix stratégiques. "Entre autres choses, un conseil consultatif des concessionnaires sera mis sur pied pour nous permettre d’entendre les commentaires des clients, de les prendre en compte et de les intégrer le plus rapidement possible dans la fabrication de nos produits. En d’autres termes, d’améliorer nos produits."

Des résultats économiques difficiles jusqu'en 2020

Spécialiste des restructurations, Ralph Kudla prédit qu'il faudra encore de longs mois avant de voir les effets des changements chez Bavaria. "La stabilisation, la poursuite du développement et le retour sur la trajectoire de croissance sont des thèmes centraux de la restructuration. En outre, la future gamme de modèles doit être définie. C’est le plus grand défi et nous prendrons certainement six bons mois pour prendre les premières décisions et donner des impulsions."

Au cours du premier exercice, plus court, et en raison du démarrage de la production, Bavaria réalisera une perte que CMP supportera en tant qu’investisseur. De plus, il faut un temps relativement long pour réaliser des gains d’efficacité dans la construction de bateau. L'industriel nautique allemand prévoit un résultat nul pour le prochain exercice complet (du 1.8.2019 au 31.7.2020). et des améliorations importantes d’ici deux à trois ans.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...