Le groupe Bénéteau travaille sur l'automatisation de sa production de bateaux

Ponçage d'un modèle de coque de bateau par un robot dans le cadre du Coroma Project

Le projet européen Coroma fédère des acteurs industriels autour du développement de robots autonomes. Benoit Mériau, manager des systèmes numériques au sein du groupe Bénéteau, nous explique l'implication du constructeur de bateaux de plaisance dans ce programme de R&D et les applications possibles pour l'entreprise.

Coroma : Un programme européen pour automatiser l'industrie

Le projet Coroma, COgnitively enhanced RObot for flexible MAnufacturing of metal and composite parts, est un programme de recherche et développement européen visant à défricher les possibilités d'utilisation de robots intelligents dans la fabrication de pièces industrielles en métal ou en composites. Il regroupe 15 acteurs, industriels utilisateurs, équipementiers et instituts de recherche des différents pays de l'Union Européenne, en vue de réaliser des démonstrateurs dans les domaines de l'énergie, de l'aéronautique et du nautisme. Parmi eux, l'Université de Nantes et le groupe Bénéteau se sont occupés des applications pour la plaisance, avec pour but l'utilisation d'un robot de ponçage et de lustrage pour les grandes pièces composites, comme des coques ou des moules de coques. Débuté en 2016, le programme touche à sa fin et un démonstrateur est installé à Nantes.

Un robot de ponçage de coques de bateaux

La solution développée pour le groupe Bénéteau utilise un AGV. Il s'agit d'un robot autonome pouvant se déplacer autour de la pièce composite qu'il traite. Auto-guidé, il se positionne par rapport à son environnement et réalise l'opération de ponçage ou de lustrage requise. "C'était une problématique qui nous intéressait" explique Benoit Mériau, responsable R&D process et manager des systèmes numériques au sein du groupe Bénéteau. "Aujourd'hui beaucoup de modèles et de grandes pièces sont poncés et l'on a des problèmes pour recruter pour ce type de poste. L'idée est que le robot puisse s'occuper des grandes surfaces pendant la nuit et que des opérateurs poncent les zones complexes."

Des idées pour de nouveaux outillages de fabrication des bateaux

S'il peut paraître futuriste et complexe par rapport à la réalité actuelle de l'industrie nautique, le robot autonome du Coroma Project pourrait faire naître des évolutions concrètes et rapides au sein du groupe Bénéteau. "C'est un investissement lourd et l'on doit valider le coût et le retour sur investissement du robot. On doit s'assurer d'avoir la maturité technologique pour aller là-dessus et peut-être en prendre un. Il faut regarder le process complet et vérifier si l'opérateur en moins nécessite 3 personnes en plus en CFAO !" observe Benoit Mériau. "Mais cela donne des idées pour faire des outils simples pour les opérateurs et mener des projets parallèles plus rapides."

Le responsable indique également travailler avec l'Université de Nantes sur l'impression 3D de grands modèles. Petit à petit, les solutions industrielles modernes cherchent leur voie dans le nautisme.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...