Liquidation d'Espace Vag : Quelles explications ? (Mis à jour)

James Simon et sa femme lors de l'annonce de la reprise du chantier Espace Vag en 2018

Le chantier Espace Vag, constructeur des voiliers Ikone, a été mis en liquidation judiciaire. Du client défaillant, selon le dirigeant James Simon, au bateau défectueux selon la plaisancière mise en cause, en passant par le difficile lancement du nouvel Ikone 6.50, les raisons ayant entraîné la disparition de la PME du nautisme sont probablement nombreuses.

Article modifié le 24/07

Liquidation du chantier Espace Vag

La nouvelle est tombée vendredi 19 juillet 2019 en fin de journée. Le chantier naval Espace Vag, constructeur à Concarneau des voiliers de plaisance Ikone et réparateur de petits bateaux de pêche, fait l'objet d'une procédure de liquidation judiciaire sans activité. L'entreprise, qui employait une dizaine de salariés, va définitivement fermer ses portes le 9 août 2019.

Le chantier se dit victime d'un impayé sur un voilier

Selon James Simon qui l'a reprise en 2018, la société Espace Vag, fondée en 1989, n'aura pas survécu à un impayé. "Ce qui nous arrive est malheureusement classique dans des PME. Nous avons subi un gros impayé début avril suite à la livraison d'un Ikone 7.50, ce qui a déséquilibré notre trésorerie. Une procédure judiciaire est en cours sur le sujet et je ne peux pas vous en dire plus. Cela est arrivé au plus mauvais moment, car nous lancions la production du nouvel Ikone 6.50, avec une forte mobilisation de trésorerie. Les banques nous ont soutenu dans un premier temps, mais lorsqu'elles ont vu qu'il n'y aurait pas de règlement rapide, elles ont préféré arrêter." explique James Simon.

Une cliente qui met en cause le chantier

N'ayant pas le rôle d'expert maritime et une procédure judiciaire étant en cours, BoatIndustry ne peut prendre parti sur l'affaire en cours. Contacté par la cliente de l'Ikone 7.50 citée par M. Simon, celle-ci nous a indiqué mettre en cause la qualité de construction du bateau, à travers diverses malfaçons, dont certaines structurellement importantes.

Un repreneur ambitieux

Si le différent judiciaire a pu être le déclencheur, la liquidation immédiate sans redressement judiciaire préalable interroge sur la fragilité de l'entreprise. Lors de ses 1ères rencontres avec BoatIndustry en 2018, le nouveau repreneur affichait des ambitions élevées, probablement éloignées des réalités du marché du nautisme de niche dans lequel évoluait Espace Vag. James Simon annonçait la création d'un bureau d'études interne, l'objectif de passer de 15 à 20 bateaux par an. Il visait 90% de chiffre d'affaires à l'export dans les 3 à 4 ans. "Quand je suis arrivé, j'ai repris une entreprise en difficulté. J'y ai ré-injecté des fonds. Le projet de l'Ikone 6.50 était le seul moyen de relancer le chantier" justifie le dirigeant.

Premiers bords de l'Ikone 6.50

La saga de l'Ikone 6.50

S'il n'est pas la raison de la liquidation du chantier, le dernier voilier lancé par Espace Vag, l'Ikone 6.50 avait alimenté les inquiétudes. Conçu avec les architectes navals Frédéric Neumann et Christophe Barreau, le bateau devait marquer un tournant pour l'entreprise. "C'est le premier bateau de chez Ikone qui est entièrement numérisé, les moules de coque, de pont, mais aussi l'aménagement intérieur. L'Ikone 6.50 est aussi le premier de nos bateaux fabriqué en infusion dès la 1ère unité. " déclarait James Simon en octobre 2018. Mais le nouveau bateau a accumulé les retards. Annoncé pour les salons d'automne 2018, sa présentation est toujours retardée, le chantier invoquant des problèmes de fournisseurs. Il a finalement touché l'eau au début de l'été 2019. Ce dernier voilier met malheureusement fin à une belle saga de 30 ans pour une PME qui avait su créer une belle notoriété, notamment autour de ses catboats.

Plus d'articles sur les chaînes :

Finistère
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...