Coronavirus : La Fédération des Industries Nautiques détaille les aides et ses actions

Production de voilier dans une usine Bénéteau

Pour soutenir la filière, la Fédération des Industries Nautiques détaille en libre accès sur son site les mesures accessibles aux professionnels de la plaisance. Congés, chômage partiel, elle travaille également aux problématiques locales...

Des aides aux démarches en libre accès pour tous les professionnels de la plaisance

Face à la crise du coronavirus et à ses conséquences économiques, les chefs d'entreprise du secteur de la plaisance peuvent se sentir perdus. D'une annonce officielle à l'autre, les critères d'éligibilité aux aides et la possibilité de poursuite d'activité fluctuent et sont parfois difficiles à appréhender. En soutien à la filière, la Fédération des Industries Nautiques a créé pour tous les acteurs du nautisme, adhérents ou non, un espace regroupant les liens vers les principaux dispositifs et des fiches d'analyse spécifiques au secteur d'activité. La page Covid-19 traite de l'ensemble de ces sujets en faisant apparaître clairement la date de publication, l'information évoluant vite.

Usine Fountaine-Pajot

Chômage partiel, congés : quelles applications dans le nautisme ?

Le flou entourant l'accès au chômage partiel lors de la 1ère semaine de confinement a inquiété de nombreuses entreprises du nautisme, faisant part d'absence de retour des Direccte. Les précisions apportées le 25 mars 2020 par le ministère du travail semblent rassurer la filière. "A date, près de 100 000 entreprises ont fait une demande d'activité partielle et 1,2 million de salariés sont concernés, pour un montant total de près de 4 milliards d'euros. En deux jours, ce sont donc plus de 500 000 salariés et 60 000 entreprises supplémentaires qui ont été pris en charge par le nouveau système de chômage partiel mis en place par le ministère du Travail. Depuis le début de la crise, seules 28 demandes de chômage partiel ont été refusées par les Direccte sur tout le territoire et ce, de façon justifiée. Les nouvelles règles mises en place donnent aux entreprises 30 jours pour déposer leur demande, avec effet rétroactif." indique le communiqué du Gouvernement.

"L'absence de réponse sous 48h valant acceptation et l'annonce d'un paiement sous 10 jours sont également très positives pour nos entreprises" ajoute Fabien Métayer, délégué général de la Fédération des Industries Nautiques (FIN). Des conseils pour le montage des demandes de chômage partiel sont disponibles en ligne.

Fabien Métayer, délégué général de la Fédération des Industries Nautiques

Le site rappelle également les conditions à respecter en fonction de la taille des entreprises et les démarches à effectuer pour l'imposition de congés payés ou de RTT aux salariés. Il est rappelé que la dérogation à la durée de travail ne s'applique qu'aux secteurs "jugés essentiels à la sûreté et à la continuité de la vie économique et sociale de la Nation", dont la plaisance est a priori exclue.

Des actions locales pour les entreprises du nautisme et pour la sortie de crise

Au-delà du soutien documentaire en ligne, la FIN échange avec ses adhérents pour résoudre les problèmes concrets. "Nous intervenons par exemple auprès des services de l'Etat pour obtenir l'accès aux pontons aux professionnels qui travaillent dans des zones où certains ports de plaisance sont fermés" illustre Fabien Métayer. "L'enjeu sera aussi de bien préparer la reprise d'activité et d'adapter nos dispositifs à venir."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...