APER Pyro, la collecte des fusées de détresse périmées continue de s'organiser.

La nouvelle association professionnelle APER Pyro va structurer le dispositif de collecte et de traitement des fusées usagées, dans le respect de la réglementation. Un nouveau pas pour l'application de la loi de 2014. Voici quelques points clefs : principe, déploiement...

Un Eco–organisme agréé

A l'image de l'APER, déjà évoqué dans ces colonnes pour le recyclage des bateaux de plaisance, l'APER PYRO ( Association pour une Plaisance Eco-Responsable pour les produits Pyrotechniques ) est une association financée par les producteurs de pyrotechnie du secteur du nautisme. Les entreprises la financent par une cotisation annuelle basée sur un barème d'éco-participation. Créée le 6 décembre 2015 avec la Fédération des Industries Nautiques, L'APER PYRO a reçu l’agrément d'éco-organisme par le Ministère de l'Ecologie le 22 décembre 2015.

Dispositif de collecte et de traitement sécurisé

En l'absence d'une gestion de fin de vie des fusées de détresse adaptée, les plaisanciers déposaient au mieux les dispositifs pyrotechniques dans les déchetteries, ou au pire avec les déchets ménagers. De nombreux accidents et départs d'incendie ont été constatés dans les usines de traitement des déchets, dus aux dépôts inappropriés.

Depuis 2013, les quatre principaux metteurs sur le marché, Plastimo, VDM, FOB et Servaux s'étaient déjà associés pour proposer aux shipschandlers le souhaitant un service de collecte et de traitement. Comme nous l'explique Pamela Boulanger, responsable QSE chez Plastimo, "Nous anticipions ainsi l'obligation légale du 1er janvier 2015 qui leur impose la gestion de la fin de vie de leurs produits."

L'APER PYRO nouvellement créée, devient l'interlocuteur unique pour tous les revendeurs. Elle va donc mettre en place un dispositif complet. La collecte aura lieu dans les magasins d'accastillage participant, repérés par une étiquette sur la vitrine. Après une période transitoire où le matériel déjà stocké sera accepté, les fusées à main, fumigènes et fusées parachutes seront reprises sur la base d'un acheté un repris, à l'image de l'électroménager.

Un transporteur agréé pour les matières dangereuses assurera le transfert depuis les différents points de collecte vers les centres de traitement adaptés.

Lancement progressif

Le premier déploiement du service a lieu dans le département des Pyrénées Orientales depuis le 13 juin 2016. Les retours d'expérience et statistiques de l'opération permettront de travailler à la mise en place sur le territoire national.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Philippe Loctudy - 16 Juin 2016
Bravo pour cette initiative
Julien Rocher - 16 Juin 2016
Très bonne initiative effectivement, mais comment pourrions nous mettre en pratique la même collect dans les dom tom ?
Ajouter un commentaire...