Fibres de basalte : des essais dans la grande plaisance

Amer 94 du chantier Amer Yachts

Le chantier de bateaux à moteur de grande plaisance italien Amer Yachts a annoncé un partenariat avec GS4C pour développer l'usage de la fibre de basalte Filava dans le nautisme. Plus de détails sur ce projet d'alternative aux matériaux composites traditionnels.

Amer Yachts va expérimenter les fibres Filava

Le chantier italien Amer Yachts est un spécialiste italien de la grande plaisance, proposant des modèles de bateaux à moteur de 90 à plus de 130 pieds. Créé dans les années 1970, il produit traditionnellement ses coques et ses superstructures en composite de fibres de verre. Dans un objectif affiché de développement durable et de responsabilité écologique, l'entreprise italienne a annoncé s'être associée à GS4C, agent du producteur de fibres de basalte Isomatex pour tester l'application de son produit Filava dans le nautisme.

Des fibres issues du basalte dans le composite

Filava, nom commercial du produit d'Isomatex, est un tissu de fibres d'origine volcanique. Les fils sont obtenus à partir du matériau en fusion, similaire à la lave, poussé à travers un filière, puis vitrifié par un refroidissement brutal. Le basalte, principal composant, est complété avec différents minéraux pour améliorer et garantir les caractéristiques chimiques et mécaniques du Filava. Les fibres obtenues ont un diamètre compris entre 9 et 11 microns. Isomatex, le fabricant, revendique des caractéristiques mécaniques comparables aux fibres de verre de type R ou S.

Matériaux en Filava

1ères pièces en Filava sur le prochain yacht Amer

Le partenariat trouvera ses premières applications sur le prochain bateau livré par Amer Yachts. Enea et le Rina travaillent sur la certification du matériau. Des éléments, non structurels dans un 1er temps, seront produits en Filava. Le développement pour des pièces plus importantes pourrait suivre.

Recyclable, mais durable ?

Le partisans de la fibre volcanique mettent en avant son origine naturelle. Sa très bonne résistance à la température et aux chocs thermiques facilitent un recyclage complet, sans pertes de performance. Ses détracteurs soulignent néanmoins le besoin énergétique très important pour sa fabrication. L'arbitrage par les fabricants entre durabilité et sobriété énergétique reste affaire de compromis...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...