FIN : "Montrer au gouvernement que les entreprises du nautisme sont responsables"

Port de plaisance

EPI et masques, accès aux ports de plaisance, préparation de la saison nautique 2020... Point d'étape avec Fabien Métayer, délégué général de la Fédération des Industries Nautiques, sur les initiatives de l'association professionnelle.

Garantir l'accès aux ports de plaisance aux professionnels

Si l'accueil des clients dans les chantiers et les magasins d'accastillage est impossible depuis la mise en place en France du confinement, nombre de professionnels ont continué leur activité, assurant l'entretien, la mécanique et la préparation des bateaux en vue de la saison 2020. Fermés à tous dans un 1er temps, les ports de plaisance ont pour certains progressivement réouvert pour les professionnels. Le groupe de travail créé par la Fédération des Industries Nautiques (FIN) et les différentes associations régionales et nationales des ports de plaisance, exceptionnellement unies sur le dossier, a permis de faire évoluer le dossier. "Nous faisons un point par semaine tous ensemble pour faire remonter les difficultés rencontrées localement par nos professionnels et faire le lien avec les gestionnaires" explique Fabien Métayer, délégué général de la FIN. Celle-ci a obtenu ce 23 avril 2020 de la part du Secrétariat général de la Mer l'envoi d'une instruction aux préfectures maritimes de toutes les façades métropolitaines et ultramarines pour homogénéiser les arrêtés pris localement et permettre aux professionnels à la fois d'accéder aux infrastructures portuaires (cales de mise à l'eau, zones techniques et de grutage) dans l'ensemble des ports de plaisance mais aussi de naviguer afin de convoyer les bateaux vers leurs places de ports et leurs lieux de mouillage.

Pas de commandes groupées de matériel, mais un partage des bonnes pratiques sanitaires

Alors que de nombreux organismes professionnels ont fait le choix de passer des commandes groupées de gel hydro-alcoolique et de masques pour faciliter le retour en activité de leurs adhérents, la FIN a finalement écarté cette option, privilégiant le partage de connaissances. "La FIN a lancé une enquête pour connaître les besoins dès le début du confinement. Des groupes de travail ont identifié les sources d'approvisionnement et de distribution des masques et de matériel, Mais la pénurie et l'inflation sur ces produits entraînaient un niveau de prix trop fort. Il n'y a donc pas eu de commande groupée. De plus, les besoins sont différents entre la location fluviale qui privilégie des masques lavables pour son personnel d'accueil de public et la production qui travaille déjà avec des masques P2 ou P3 et ont déjà des fournisseurs. Certains adhérents ont également du matériel fourni par les collectivités locales qui se sont emparées du dossier. Nous avons donc préféré nous concentrer sur le cadre sanitaire et le partage des bonnes pratiques, des gestes barrières en fonction des métiers du nautisme" précise Fabien Métayer.

Préparer la saison nautique 2020

L'association entend également préparer l'arrivée des plaisanciers sur l'eau après le déconfinement. Elle va proposer au gouvernement des mesures pour pratiquer la plaisance en évitant la propagation du virus. "Notre volonté est d'obtenir la liberté de naviguer dès le début du déconfinement, sur le principe de liberté de circuler = liberté de naviguer. Mais il faut montrer au gouvernement que les entreprises du nautisme sont responsables. Il faudra peut-être des exclusions en fonction des pratiques. Ce n'est évidemment pas pareil d'aller naviguer pour un plaisancier propriétaire qui va de chez lui à son bateau avec sa propre famille ou de louer un bateau utilisé par quelqu'un d'autre 2 heures avant. Nous allons proposer un cadre issue des réflexions mutualisées avant le 11 mai." conclut Fabien Métayer.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...