Trève dans la guerre de représentation des ports de plaisance

Port de plaisance de La Rochelle

Tentative de réconciliation en cours entre les instances représentatives des ports de plaisance français. La naissance d'un 2ème association concurrente de la Fédération Française des Ports de Plaisance est reportée. Michaël Quernez, président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne, nous explique les raisons cette décision.

La naissance de l'Union Nationale des Ports de Plaisance suspendue

Annoncée en décembre 2019, l'Union Nationale des Ports de Plaisance (UNPP) ne verra peut-être jamais le jour. Initiative portée par les associations bretonnes et atlantiques des ports de plaisance, en rupture avec la Fédération Française des Ports de Plaisance (FFPP), elle visait à créer une nouvelle instance, plus représentative des attentes locales, selon ses instigateurs. Sa création a finalement été repoussée et les négociations relancées avec la FFPP. "Dans un esprit de responsabilité dans le contexte de crise actuel, nous avons décidé avec Bertrand Moquay (NDLR : président de l'Association des Ports de Plaisance de l'Atlantique, APPA et directeur du port de plaisance de La Rochelle) de prendre un temps supplémentaire et de ne pas créer l'association à ce jour" explique Michaël Quernez, président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne (APPB).

Michael Quernez, président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne
Michael Quernez, président de l'Association des Ports de Plaisance de Bretagne

Pour une nouvelle fédération des ports de plaisance

La décision s'explique par les efforts menés en commun pendant le confinement auprès des autorités administratives. Les différentes associations ont travaillé ensemble pour définir les modalités du déconfinement et de la réouverture des ports et marina. L'accès rapide des plaisanciers aux pontons et ainsi à leur bateau et à la navigation ont été un élément clef pour la relance de la plaisance, avec des disparités régionales à gommer dans le traitement de l'administration. "Cette période a montré que la force d'un réseau, ce sont ses unions régionales. Elles ont montré leur grande capacité et j'espère que la FFPP en a pris conscience et compris qu'il était temps de le prendre en compte" explique Michaël Quernez.

Port de plaisance de Royan
Port de plaisance de Royan

Le président de l'APPB précise le cadre que s'est fixé l'association qui veut voir naître une nouvelle instance représentative. "On s'est donné un calendrier pour aboutir d'ici la fin d'année 2020. Le but est de donner naissance à une nouvelle Fédération pour les ports de plaisance français."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...