Interview / Résines Resoltech "On veut faire la chimie la plus propre possible, sans greenwashing."

Resoltech

Pierre Calmon, directeur export de Resoltech, spécialiste des résines pour le composite nautique, nous livre quelques réflexions sur les évolutions techniques en cours et à venir.

Quelles sont les évolutions majeures du composite en cours, selon vous ?

Il y a de nombreuses évolutions en cours, pour la résistance et la mise en œuvre des matériaux composites. Pour moi, l'enjeu majeur est aujourd'hui de travailler sur la propreté des produits. Il faut faire la chimie la moins toxique possible, afin de protéger les opérateurs. Quand un client vient me voir en me disant que depuis qu'il est passé aux produits Resoltech, ses salariés n'ont plus les allergies qu'ils pouvaient avoir avec des produits concurrents, je suis satisfait.

Quelles sont les principales évolutions techniques auxquelles vous travaillez en ce sens ?

Avant tout, nous évitons tous les produits portant la mention CMR (Cancérigène, Mutagène Reprotoxique), extrêmement dangereux pour la santé et pourtant présents dans de nombreuses résines.

Nous travaillons beaucoup sur le développement des produits à l'eau. Il faut préparer le passage à l'eau dans le nautisme, à l'image de ce qui se fait dans l'automobile. Nous avons d'ailleurs développé un primaire à l'eau spécialement pour le nautisme, ainsi qu'un vernis d'intérieur en phase aqueuse. Ce dernier présente même de meilleures caractéristiques mécaniques qu'avec les autres solvants.

On parle beaucoup de produits bio-sourcés. Quelle est la position de Resoltech ?

Tous nos produits intègrent 17% d'éléments bio-sourcés. Nous allons jusqu'à 35% de bio-sourcé dans certains produits. L'important est également que cela apporte parfois un intérêt mécanique. Pour autant, nous ne donnons pas dans le greenwashing ambiant. Ce n'est pas un argument commercial, et l'usage des terres agricoles reste délicat.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...