Boot Düsseldorf : 3 raisons d'y être pour les professionnels du nautisme

Pavillon superyacht au Boot Dusseldorf

Exposer au Boot Düsseldorf, s'y rendre en visiteur pour prospecter... Que choisir ? Voici les arguments pour s'y rendre, observés lors de notre visite du salon nautique allemand et glanés auprès des professionnels rencontrés dans les allées.

Motiver son choix d'aller au Boot de Düsseldorf

Un salon nautique représente toujours un investissement pour un chantier naval, un équipementier ou un concessionnaire. Faut-il y aller ? Quel doit être le degré d'implication ? Doit-on être exposant, ou simple visiteur ? Aura-t-on un retour sur investissement suffisant ? Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre. Nous nous les sommes posés et avons obtenu des éléments de réponse auprès des professionnels de la plaisance croisés dans les allées du Messe de Düsseldorf.

Des plaisanciers acheteurs internationaux, mais aussi français

L'objectif premier d'un salon grand public est généralement de signer des ventes, qu'il s'agisse de bateaux ou d'équipements. En allant à Düsseldorf, les entreprises hexagonales visent évidemment principalement le développement à l'export. Salon international, on y entend toutes les langues européennes grâce à une bonne desserte de transport. Les exposants s'y frottent à une culture nautique différente d'une approche parfois "franco-centrée". "C'est intéressant car les allemands ont une vraie culture technique. On n'a pas besoin de leur expliquer les avantages de l'accastillage textile. Ils ne nous demandent pas pourquoi on est mieux que le voisin, mais plutôt où on peut acheter nos produits." témoigne Yves Laurant de Nodus Factory.

Mais s'il est la référence pour l'Europe du Nord, le Boot Düsseldorf est également devenu un rendez-vous important pour les plaisanciers français, comme en témoigne l'augmentation supérieure à deux chiffres du nombre d'entrées enregistrée en provenance de l'Hexagone selon l'agence organisatrice. La tendance est confirmée par Jean-Baptiste Bittard, importateur en France des voiliers Maxus et des bateaux à moteur Nuva, croisé sur le stand du chantier polonais. "Je ne reste pas tout le salon, mais j'aurai peut-être dû être là plus longtemps. J'ai enchaîné les rendez-vous vraiment intéressants avec de potentiels acheteurs français."

Créer un réseau pour exporter ou importer des bateaux

Comme rendez-vous international, le Boot Düsseldorf devient également un événement BtoB. De nombreux stands affichent des panneaux "International Distributor Wanted". Le salon devient pour les chantiers navals et équipementiers un moyen de se créer un réseau de distributeurs à l'étranger, et pas uniquement en Allemagne, le salon attirant les professionnels de toute l'Europe. Il est également pour les concessionnaires et importateurs l'occasion de nouer des partenariats pour l'acquisition de nouvelles cartes de marques étrangères en France.

Une veille technologique et commerciale

La dimension et la variété des exposants font du Boot le lieu idéal pour une veille technologique et commerciale efficace. Les grands chantiers ne s'y trompent pas et l'on croise dans les allées des membres des bureaux d'études, à l'affût des innovations des concurrents, même dans les domaines les plus éloignés des leurs. On observe également les grandes tendances des bateaux électriques aux bio-composites de Green Boats.

Des domaines sous-représentés en France dans les salons indoor, à l'image de la glisse ou de la grande plaisance bénéficient à Düsseldorf de leurs propres halls. Des fabricants hexagonaux qui font l'impasse sur les événements domestiques préfèrent exposer en Allemagne, à l'image des kayaks Nautiraid ou de l'équipementier Foil and Co.

Si l'équation financière pour choisir de participer est complexe et dépend de chaque entreprise, les arguments pour être au Boot ne se limitent plus à la volonté de travailler à l'export.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...