TEMO : "Le nautisme a 30 ans de retard sur la mobilité urbaine"

Le moteur d'annexe électrique innovant Temo

Alexandre Seux, inventeur de la motogodille électrique Temo, nous explique la genèse de son projet, son positionnement dans le nautisme et la mobilité, ainsi que ses objectifs industriels.

Faire évoluer le nautisme au rythme de la mobilité

L'idée de l'invention de Temo a germé dans l'esprit d'Alexandre Seux, son créateur, à la suite d'une longue expérience de navigation. A l'issue d'un tour du monde sur un voilier de 6,50 m, le diplômé d'école de commerce part 3 ans au Sri-Lanka pour un chantier naval. Au cours de ses expériences, il constate que les difficultés rencontrées par les plaisanciers sur leurs annexes sont les mêmes partout dans le monde. "J'ai toujours vu les plaisanciers être embêtés avec leurs annexes et leurs moteurs hors-bord. En revenant en France, j'ai vu les trottinettes et les vélos électriques partout. L'évolution de la mobilité urbaine est géniale. Le nautisme a 30 ans de retard ! J'ai donc réfléchi à une évolution." explique le fondateur de Temo.

Invention de la motogodille électrique Temo

Alexandre Seux s'est basé sur ce qu'il connaissait et avait vu notamment en Asie pour inventer Temo. "Le 1er prototype était une simple hélice au bout d'une perche. Pour la 2ème version, j'ai travaillé avec un bureau d'études. On a fait plusieurs itérations. Il y a notamment des enjeux d'équilibre de la perche et d'hydrodynamique pour l'hélice, car la poussée n'est pas horizontale comme sur un hors-bord" précise Alexandre Seux.

Alexandre Seux (à droite) ,créateur de Temo

Concurrencer les moteurs hors-bord électriques traditionnels

Le lancement commercial de la motogodille électrique Temo est prometteur. Présentée pour la 1ère fois au salon du Mille Sabords 2019, elle a séduit 25 plaisanciers en précommande. Ces préventes, complétées par une levée de fonds, ont permis de lancer l'industrialisation. La fabrication sera Made In France. Temo a choisi comme partenaire industriel Axandus, une société basée à Carquefou, à proximité de Nantes. "Les 100 premières unités sont proposées à 1000€ pour lancer le produit. Le prix final à 1450€ permet d'être comparable avec les petits moteurs électriques du marché. L'objectif est de réaliser 70% du travail en BtoB à travers les réseaux de distribution et comme option en neuf chez des chantiers. On conserve 30% en direct pour garder le contact avec l'utilisateur et les retours d'expérience" précise Alexandre Seux.

Après plusieurs prix dans des concours d'innovation nautique en 2019, 2020 s'annonce comme une année charnière pour Temo.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...