Une initiative pour financer l'économie maritime normande

Régate devant le port du Havre

Le fonds d'investissement Normandie Littoral a vu le jour en 2020. Son directeur général, Christian Frémaux nous en dit plus sur ses objectifs pour le soutien à l'économie maritime normande.

Christian Frémaux a pris la direction générale du fonds d'investissement Normandie Littoral. Il nous présente ce nouvel acteur du financement et répond aux questions de BoatIndustry sur ses objectifs.

Quelles sont les raisons qui ont mené à la création de Normandie Littoral ?

Christian Frémaux : Il faut mettre les choses dans leur contexte. La Normandie a un potentiel incroyable, avec 640 km de côtes et une filière qui compte 50 000 emplois, dans tous les domaines maritimes, avec la pêche, l'aquaculture, le transport maritime, le nautisme, mais aussi le fluvial. Il y a des choses à faire, par exemple dans la pêche avec une flotte vieillissante et tous les ans des projets qui ont du mal à aboutir. Nous avons identifié le maillon manquant : le financement, ce qui a amené à la création de Normandie Littoral, annoncée en 2019 et effective depuis début 2020.

Port de plaisance du Havre
Port de plaisance du Havre

Qui participe au fonds d'investissement ?

CF : Il y a aujourd'hui 5 actionnaires régionaux :

  • Normandie Participations, l'agence de financement soutenue par la Région
  • le Crédit Maritime Grand Ouest
  • le Crédit Maritime Banque Populaire Nord
  • Groupama Centre Manche
  • la Caisse d'Epargne Normandie

Nous avons effectué une 1ère levée de fonds de 3,7 M€. L'objectif à terme est d'atteindre 10 à 15 M€ avec ces actionnaires historiques et des entreprises du secteur.

Quels sont les critères d'accès au soutien de Normandie Littoral ? Y-a-t-il des critères écologiques ou d'innovation ?

CF : Nous sommes un fonds régional à caractère privé. Notre domaine est le capital développement et nous nous adressons donc en priorité à des entreprises matures, en croissance. L'entreprise doit être normande, c'est à dire que son siège social ou son activité principale est en Normandie. Il n'y a pas d'autres critères. Nous garderons néanmoins sûrement une partie de l'enveloppe pour l'innovation et l'environnement, essentiels pour préparer l'avenir. Nous allons commencer dans le domaine de la pêche, de la transformation du poisson, le portuaire, mais aussi les équipements qui touchent l'industrie nautique.

Hydrolienne devant la Cité de la Mer de Cherbourg
Hydrolienne devant la Cité de la Mer de Cherbourg

Quelles sont les modalités et l'ampleur du soutien ?

CF : Normandie Littoral a pour vocation d'entrer au capital de manière minoritaire ou sous forme obligataire. Le montant pour chaque projet est entre 150 k€ et 400 k€. Nous apportons également notre réseau, un regard de conseil extérieur et une facilité d'accès aux banques grâce à nos actionnaires.

Où en êtes-vous du démarrage de l'activité ?

CF : Nous avons démarré les rencontres avec les différents acteurs et institutionnels. Cela a été un peu ralenti par le confinement. Il y a aujourd'hui une dizaine de dossiers à l'étude. L'objectif est d'en accompagner entre 5 et 6 par an.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...