Aile, moteur électrique, 2è marque de catamaran... Bénéteau annonce la couleur

Usine Bénéteau

Bénéteau a présenté ses axes de recherche lors de sa journée investisseurs. Entre innovations techniques et évolutions commerciales et productives, le programme est chargé pour l'industriel du nautisme.

Des présentations ciblées

Lors de sa journée dédiée aux investisseurs, le groupe Bénéteau a présenté ses objectifs financiers, mais également ses grands chantiers techniques et organisationnels, à travers des présentations de différents responsables de branche. Après avoir traité de l'aspect économique (lire ici), nous revenons ici sur les projets commerciaux, de production et de R&D.

Nouvelle marque de catamaran

Dans sa présentation, Yann Masselot, directeur général adjoint de Lagoon CNB, a présenté les principaux enjeux pour le groupe Bénéteau dans le marché des multicoques. Face à la croissance du marché des catamarans et à sa segmentation, le groupe a annoncé le lancement pour 2018 d'une nouvelle offre, complémentaire de Lagoon. Indiquant seulement qu'elle adopterait un nouveau mode de conception et profiterait des synergies au sein du groupe Bénéteau, on peut imaginer différents types de positionnement vers plus de design ou de plus de performance, au vue de l'analyse du marché esquissée dans la présentation.

Gréement aile, propulsion électrique... Nombreux projets de R&D

Renaud Tourte, récemment arrivé à la tête du développement produit et innovation du groupe, a présenté les projets techniques en cours, tout en insistant sur la réorganisation du bureau d'étude.

A travers un panorama des innovations en cours, il a listé plusieurs projets :

  • Propulsion électrique
  • Quille relevable
  • "Voile L", un mixte entre aile et voile souple traditionnelle
  • Système Dock&Go d'assistance aux manœuvres de port
  • Enrouleur de génois sur étai textile
  • Douche rotative
  • Teck synthétique
  • Bateau connecté
  • Panneaux d'aménagement allégés

A l'horizon 2020, le groupe Bénéteau souhaite augmenter d'un tiers le chiffre d'affaires rapporté au nombre d'heures d'études, le portant de 1800 € à 2400 €. En bénéficiant de la mutualisation des compétences au niveau du groupe et en augmentant l'effort de R&D en amont, il espère augmenter la standardisation et limiter les heures d'études lors de l'industrialisation. L'objectif est de réduire les délais et les coûts de développement.

Plus de flexibilité de production

Eric Stalin, directeur des opérations du groupe Bénéteau, a présenté les adaptations à venir des capacités de production. Pour répondre à l'évolution des commandes et sa grande segmentation, les usines Bénéteau vont devoir s'adapter. Il a ainsi cité la transformation d'une usine de voilier monocoque en usine de catamaran, ou l'agrandissement d'une usine de coques hors-bord pour répondre aux augmentations de la demande. Enfin, les sites de production devront pouvoir être multi-produits. Pour cela, les lignes de montage pourront être multi-axes, afin de concilier finitions variées et lieux de production limités.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...