Anthenea, les logements flottants s'offrent une usine neuve

Les logements flottants Anthenea se développent à Lannion avec une nouvelle usine

Le constructeur de logements flottants Anthenea mise sur une forte croissance. Usine, embauches et modèle économique... Murielle Cheftel, responsable de la communication, nous en dit plus.

Une nouvelle usine à Lannion pour Anthenea

Le constructeur de logements flottants Anthenea va s'offrir un nouvel outil industriel. L'entreprise a vu le jour avec un 1er prototype en 2017, suivi d'une phase de mise au point. Elle passe désormais au stade industriel, avec une nouvelle usine. "Notre nouveau site aura une surface de 3000 m². Nous y serons locataire de l'agglomération de Lannion qui investit 4 M€ dans le projet. Elle nous soutient depuis le début. Nous devrions intégrer les nouveaux locaux en juillet 2020." précise Murielle Cheftel, en charge de la communication d'Anthenea.

Prototype du logement flottant Anthenea

Produire les logements flottants

Le nouvel outil industriel doit permettre d'augmenter la cadence de fabrication. "Nous visons 20 bateaux par an (NDLR : les capsules Anthenea sont conçues et homologuées comme des bateaux en catégorie C selon la réglementation européenne, dotées ou non d'un moteur.) Anthenea emploie actuellement 10 personnes et nous tablons sur 40 embauches d'ici 3 ans dans les métiers du naval, notamment l'infusion."

Chaque capsule dispose d'un salon, d'une cuisine, d'une salle de bain, d'une chambre et d'un solarium. Elle peur accueillir 12 personnes. D'une surface de 50 m², elle est proposée à 480 000€ prête pour l'exploitation.

Espace intérieur des capsules hôtelières flottantes Anthenea

Un marché à construire dans l’hôtellerie flottante

Le secteur du logement flottant suscite de nombreux projets actuellement dans l'hexagone, de Kayflo au Antilles au SeaLoft à Lorient. Le marché se constitue et Anthenea compte bien y prendre sa place. Si elle refuse de communiquer sur le nombre de capsules Anthenea déjà vendues, Murielle Cheftel se montre confiante. "Si l'on investit dans l'usine, c'est que l'on a des raisons. Nous visons un marché international, principalement dans des eaux turquoises et chaudes, pour de l’hôtellerie haut de gamme. L'idée est d'avoir plusieurs modules pour développer un hôtel existant ou créer un hôtel flottant. C'est un nouveau marché où l'on crée tout nous même. La commercialisation se fait donc entièrement en direct."

Plus d'articles sur les chaînes :

Côtes-d'Armor
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...