Hors-Série / Jellyfishbot : un robot polyvalent pour nettoyer son port de plaisance, et plus encore

Robot dépollueur Jellyfishbot de IADYS

La société IADYS a développé le drone marin Jellyfishbot : un robot polyvalent assurant des fonctions de dépollution et de nettoyage, mais également d'inspection et de service aux plaisanciers. Facile d'utilisation, il simplifie la vie de l'agent portuaire tout en valorisant son travail.

Un robot multi-fonction pour les ports de plaisance

Le Jellyfishbot, conçu et fabriqué par l'entreprise française IADYS, a pour objectif d'assister les gestionnaires des ports de plaisance. Pensé initialement pour le nettoyage du plan d'eau, ce drone commandé à distance peut remplir plusieurs fonctions :

  • Dépollution et nettoyage par la collecte des micro et des macro déchets grâce à un filet. Les débris, les végétaux comme les plastiques peuvent être ramassés pour des dimensions allant de 300 microns à plusieurs dizaines de centimètres
  • Nettoyage des pollutions aux hydrocarbures légers ou visqueux par ajout d’absorbants
  • Déploiement de barrages anti-pollution
  • Inspection des infrastructures portuaires avec une caméra
  • Accueil des plaisanciers et guidage jusqu’à leur place de port
  • Transport d’objets légers aux usagers du port
  • Mesure de la qualité de l’eau grâce à des capteurs embarqués
  • Bathymétrie par l’ajout d’un sonar

Caractéristiques techniques du Jellyfishbot

Large et long de 70 cm, le Jellyfishbot mesure 50 cm de haut. Il pèse 20 kg. Le robot peut opérer 6 heures d'affilée sans recharge. Sa vitesse maximale est de 2 nœuds. Il couvre une surface de nettoyage de 1000 m² durant une heure à 1 nœud de moyenne. La capacité des filets de collecte est de 80 L de déchets flottants ou 30 L d'hydrocarbure.

Sa compacité lui permet d'atteindre les zones peu accessibles du port de plaisance où se concentrent la pollution. Le changement rapide des filets ou des batteries permet une utilisation sans interruption.

Le Jellyfishbot est aujourd'hui commandé à distance, avec une portée atteignant au minimum 1 km. Une version autonome est à l'étude.

Une vitrine pour le port de plaisance et un outil de mise en avant de l'environnement

En plus de sa fonction pratique, le Jellyfishbot a un double intérêt. "C'est une vitrine technologique et environnementale pour le port de plaisance, à la fois visible par sa couleur et silencieux grâce à la propulsion électrique. C'est aussi un outil de sensibilisation à la pollution et aux déchets plastiques, auprès des écoles et des badauds, ce qui séduit les collectivités" explique Nicolas Carlési, fondateur de IADYS.

S'il est facile d'apprendre à s'en servir, le Jellyfishbot revalorise également le métier des agents de port. Moins pénible et plus efficace que l'épuisette, il attire les plaisanciers et renoue le dialogue avec les usagers du port, tout en rendant le travail plus gratifiant.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...