Gunboat, une usine française pour les catamarans ex-américains

Le Gunboat 68 sera construit à La Grande Motte

Rachetés par le français Grand Large Yachting en 2016, les catamarans Gunboat seront désormais produits à La Grande Motte. Objectif mutualisation et fiabilité, au sein du nouveau pôle multicoque du groupe, déjà propriétaire d'Outremer et Ocean Voyager.

Une nouvelle usine de 3000 m²

Le groupe Grand Large Yachting ouvre une nouvelle usine de 3000 m² sur le port de la Grande Motte. Située à 100 mètres du site de production d'Outremer, elle accueillera la production des catamarans Gunboat, récemment rachetés par le groupe français. Les anciens bâtiments du site vont être détruits pour laisser place dès le printemps 2017 à une usine neuve, spécialement conçue pour les activités de construction navale composite. " Ce premier investissement, de l'ordre de 2 M €, se poursuit avec l'outillage du nouveau Gunboat 68 " nous précise Benoît Lebizay, directeur général de Gunboat.

Alors que la production des Gunboat a déménagé plusieurs fois dans son histoire, de l'Afrique du Sud, à la Chine puis aux Etats-Unis, le choix du lieu de construction des catamarans a nécessité une certaine réflexion pour le groupe Grand Large Yachting. L'usine de Caroline du Nord étant hors du périmètre de la reprise, le choix de la France a répondu à la logique industrielle du groupe, tout en assurant aux clients le savoir-faire français reconnu dans le multicoque haut de gamme.

Création du pôle multicoque

Avec les usines Gunboat et Outremer à quelques centaines de mètres l'une de l'autre, le groupe Grand Large Yachting passe une nouvelle étape dans la création de son pôle multicoque à la Grande Motte. A l'image de ce qui a été fait pour les bateaux en aluminium du groupe, des marques Allures, Garcia et Alumarine, une mutualisation des ressources et un partage des savoir-faire sera possible entre Gunboat, Outremer et Ocean Voyager, la filiale spécialisée dans le day charter.

Les fonctions supports d'achat, administration et bureau d'études seront les premières à bénéficier du rapprochement. Des fonctions transverses de production, comme la mécanique navale ou les réseaux, suivront. Chaque marque conservera ses spécificités, liées aux matériaux et aux niveaux de finition différents.

Une montée en puissance maîtrisée

La faillite de Gunboat, alors que le chiffre d'affaires était de 20 M €, a montré la difficulté de livrer des bateaux hors-normes comme ces catamarans, tout en restant rentable. Le groupe Grand Large Yachting souhaite donc garder une évolution maîtrisée du chantier, en se limitant à 2 bateaux par an dans un premier temps, pour s'assurer de la qualité du produit. "L'engagement contractuel auprès des nouveaux clients est de livrer des voiliers à temps, au budget et au poids, ce qui ne s'est jamais fait dans l'histoire de Gunboat." explique Benoît Lebizay. Le but est de faire le bon choix industriel au bon moment. 2 Gunboats représentent déjà l'équivalent du chiffre d'affaires d'Outremer.

20 recrutement dès 2017

La nouvelle usine est également une bonne nouvelle pour l'emploi nautique local. Gunboat prévoit d'embaucher une vingtaine de salariés en 2017 et autant en 2018, pour atteindre 50 à 60 employés à terme. "Entre embauches et investissement, le pôle multicoque est un engagement fort pour le nautisme dans la région" rappelle Benoît Lebizay.

Plus d'articles sur les chaînes :

Hérault
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...